Nike voit ses bénéfices chuter

Nike voit ses bénéfices chuter

Nike a perdu 23 % de son bénéfice net au cours du trimestre clôturé fin février. Cette diminution est due au coronavirus, mais aussi à la fin de la collaboration de la marque avec ses partenaires grossistes en Amérique latine. Le géant de la chaussure affiche pourtant une hausse de 5 % de son chiffre d’affaires.

 

Coronavirus en Chine

Au cours du troisième trimestre (terminé fin février) de son exercice, Nike a vu son chiffre d’affaires augmenter de 5 % à 10,1 milliards de dollars (9,3 milliards d’euros). Hors effets de change, la croissance aurait même atteint 7 %, ce qui est principalement dû à ses ventes en propre (Nike Direct +13 %). La croissance de l’e-commerce se serait, quant à elle, élevée à 36 %. Bien sûr, les ventes ont été durement touchées par le coronavirus qui touchait alors la Chine : les ventes ont chuté de 4 %, malgré un début de trimestre très fort, à deux chiffres. Nike souligne cependant que les ventes en ligne ont augmenté de 5 % pendant cette période. Reste donc à voir si ce sera également le cas en Europe et aux États-Unis.

 

En revanche, la marque a essuyé un gros revers au niveau des chiffres de ses bénéfices : Nike a engrangé 837 millions de dollars (750 millions d’euros) de bénéfices nets soit une baisse de 23 %. Le bénéfice par action est descendu à 53 centimes de dollar (0,5 euro) alors que, selon Thomson Reuters, les analystes tablaient sur 59 cents par action.

 

« Personne n’est mieux équipé que Nike »

La crise du coronavirus en Chine en est, une fois de plus, l’une des causes principales (Nike s’est retrouvé avec 7 % de stock supplémentaire), mais le passage de Nike à un modèle de partenariat sélectif joue ici un rôle majeur. Dans plusieurs pays d’Amérique latine, le label a définitivement cessé de collaborer avec les grossistes. Ceci a résulté en une charge non récurrente de 0,25 dollar par action, représentant près de la moitié du bénéfice net restant.

 

« Maintenant que nous commençons à observer une reprise en Chine, personne n’est mieux équipé que Nike pour naviguer dans le climat actuel », a toutefois déclaré avec confiance le directeur financier, Andy Campion. « Alors que nous clôturons le troisième trimestre, le leadership de la marque Nike et la dynamique commerciale sont plus forts que jamais et encore inégalés dans le monde. »