Orchestra Prémaman Belgique, à son tour, demande une réorganisation judiciaire

Orchestra Prémaman

Alors que la maison-mère française vient tout juste d’obtenir une protection contre ses créanciers, la branche belge de l’enseigne pour bébés et enfants Orchestra Prémaman dépose, à son tour, une requête de réorganisation judiciaire. C’est ce qu’indique une communication interne.


Garantir la continuité

Dans un e-mail adressé aux employés, l’enseigne a annoncé cet après-midi q’elle avait déposé une requête en vue de « l'ouverture en Belgique d'une procédure de réorganisation judiciaire par un accord collectif ».  D’ici trois semaines au plus tard le tribunal de l’entreprise décidera si la demande de réorganisation judiciaire est accordée, indique la direction, qui une fois de plus souligne qu’il ne s’agit pas d’une procédure de faillite. Bien au contraire : la procédure suspend les dettes, protège l’entreprise contre d’éventuelles mesures des créanciers, garantit la continuité et l’emploi et permet d’examiner comment la rentabilité de certains magasins peut être améliorée.


Hier on apprenait que l’enseigne pour bébés et enfants avait été placée sous procédure de sauvegarde pour une période de six mois, qui pourrait même être prolongé jusqu’à dix-huit mois. L’entreprise est endettée et les pertes s’accumulent. Les actions des gilets jaunes sur le marché domestique français ont fortement affecté l’enseigne.