Orchestra-Prémaman obtient une protection contre ses créanciers

L’enseigne française d’articles pour bébés et enfants Orchestra-Prémaman – qui exploite une cinquantaine de magasins en Belgique – a été placée sous procédure de sauvegarde pour une période de six mois. C’est ce qu’a décidé le Tribunal de commerce de Montpellier.


Gilets jaunes

La période de sauvegarde pourrait même être prolongée jusqu’à dix-huit mois : « Cette procédure ne veut pas dire liquidation », souligne le directeur du groupe Pierre Mestre. « Toutes les dettes sont suspendues. Elle va nous permettre d'engager un redressement dans la sérénité ». Le retailer va préparer un plan de sauvetage, mais entretemps l’exploitation se poursuivra normalement, apprend-on. A la demande de la direction, le titre Orechestra-Prémaman a été suspendu en bourse depuis lundi.


Selon le dirigeant, les difficultés du groupe sont en partie imputables aux blocages des gilets jaunes, qui depuis novembre 2018 ont déjà coûté près de 30 millions d’euros au groupe. L’année 2018-2019 fut particulièrement difficile pour l’entreprise de Pierre et Chantal Mestre : la perte nette a plongé à 88,2 millions d’euros. En 2018 Orchestra-Prémaman avait déjà bénéficié d’une restructuration de sa dette, mais en même temps le retailer a dû faire face à des problèmes opérationnels suite à la baisse soudaine de son rating auprès des assureurs-crédit.