Primark veut devenir plus durable et se lancer dans l’e-commerce

Primark veut devenir plus durable et se lancer dans l’e-commerce
Primark

Primark s’est engagé à intensifier ses efforts pour mettre sur le marché des vêtements plus durables au cours des dix prochaines années. Mais malgré les critiques de nombreux experts – et alors qu’elle se lance (enfin) dans le commerce électronique –, la chaîne de mode discount refuse de revenir sur sa stratégie de prix bas.

 

Neuf engagements

« Nous voulons continuer à offrir à nos clients les prix qu’ils attendent de nous, mais pour des produits fabriqués d’une manière qui est meilleure pour la planète et pour les personnes qui les confectionnent », a déclaré le CEO Paul Marchant lors de la présentation de la nouvelle stratégie de durabilité. Le plan décennal comprend neuf engagements concrets dans trois domaines clés. Le retailer de mode irlandais veut produire des vêtements qui durent plus longtemps, préservent davantage la planète et améliorent les conditions de vie des employés tout au long de la chaîne.

 

Primark promet entre autres de ne produire que des vêtements recyclables d’ici 2027. Trois ans plus tard, l’ensemble de la gamme devra se composer de matériaux recyclés ou plus durables. Dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, Primark a pour objectif de réduire de moitié ses émissions de carbone sur l’ensemble de sa chaîne de valeur d’ici à 2030. La chaîne souhaite également éliminer complètement les plastiques à usage unique. Enfin, Primark s’est engagé à offrir des « salaires décents » à tous les collaborateurs de sa chaîne logistique mondiale.

 

Peu crédible et trompeur

Reste à savoir si les projets de la chaîne de mode sont réalistes. En tout cas, ils n’ont pas impressionné le groupe d’action « Clean Clothes » : « Nous nous réjouissons de ces annonces Mais quand il s’agit de Primark, nous voulons voir avant de croire », a déclaré un porte-parole dans Trouw. « Primark a souvent eu l’attitude d’un enfant capricieux dans ce domaine. Ce plan est d’ailleurs issu de ses propres rangs. C’est moins contraignant qu’une convention indépendante. »

 

Niki De Schryver, fondatrice du planificateur d’itinéraires durable COSH, qualifie l’annonce de Primark de trompeuse. Selon elle, ces efforts sont en fait comparables à ceux que déploient H&M et Levi’s. « Pour produire un kilo de coton, ils consomment désormais deux kilos de produits chimiques au lieu de trois. Si vous voulez qu’un coton puisse vraiment être qualifié de "durable", vous devez opter pour du coton bio », a-t-elle déclaré dans GVA.

 

 

E-commerce

Le moment choisi pour communiquer cet engagement en faveur du développement durable est d’autant plus étonnant que la chaîne annonce simultanément son intention de lancer un nouveau site web dans le courant de l’année prochaine. Et celui-ci  pourrait marquer les premiers pas de l’enseigne dans l’e-commerce., selon plusieurs suiveurs chez Modern Retail. Plusieurs sources évoquent l’introduction d’un système « click-and-collect » dans quelques magasins sélectionnés avec soin. Certes, Primark n’annonce pas l’ouverture d’une boutique en ligne généralisée, mais ce site pourrait déjà constituer une demi-révolution pour l’enseigne. Ce qui pose une nouvelle question : comment associer la mise en place d’un service d’e-commerce – et les nombreux retours qu’il implique – à une promesse sérieuse de durabilité ?

 

Dans une réaction adressée à RetailDetail, la chaîne a déclaré qu’elle est et restera « un fervent partisan des magasins physiques ». Elle reconnaît cependant que « le numérique jouera un rôle important dans la croissance de notre chaîne » et que le nouveau site web leur permettra « d’analyse en continu d’autres possibilités (en ligne) ».