Scabal ambitionne « une demi-douzaine de flagship stores »

Scabal ambitionne « une demi-douzaine de flagship stores »

Avec ses 5.000 références de tissus et ses 200 options de personnalisation du costume, le tailleur bruxellois, Scabal est une référence incontournable dans  le domaine du costume sur mesure. Même David Beckham portait un costume Scabal au mariage de Kate et William. « Aujourd’hui Scabal est prêt à s’ouvrir à un plus large public », comme l’a déclaré Gregor Thissen, n°1 de Scabal, au magazine Trends.

Points de vente exclusifs  

scabal2Fondé en 1938, Scabal était à l’origine un atelier de tissage. Ce n’est qu’en 1974 que l’entreprise se lance dans la fabrication de costumes sur mesure. Même si cela peut paraître étrange le seul magasin de la maison de mode bruxelloise Scabal si situe au cœur de Londres, sur la mythique Savile Row. Début des années ‘60 Scabal y a racheté la célèbre maison Wain Shiell.
 
« Notre seul et unique  flagship store est encore toujours situé à cette adresse » confirme le CEO. « Cette reprise a non seulement annoncé l’internationalisation, mais nous a également procuré ce style typiquement britannique, qui nous permet de nous distinguer des marques italiennes ».
 
La grande majorité des ventes se fait via des magasins de prêt-à-porter ‘haut de gamme’. « Ces dernières années nous avons diminué de façon draconienne le nombre de magasins avec lesquels nous travaillions, pour nous focaliser uniquement sur les points de vente exclusifs. D’autre part, je pense que nous pouvons encore envisager une demi-douzaine de flagship stores, à raison d’une ouverture par an pour les années à venir » nous dévoile Gregor Thissen, tout en gardant le secret quant aux endroits où ces magasins verront le jour.

 

Accessoires via e-commerce

Thissen rêve également tout haut d’une boutique online. « Nous avons une plate-forme informatique permettant parfaitement le commerce online. Toutefois  nous nous situons dans une catégorie de prix trop élevée pour une vente en ligne de nos costumes », admet Thissen. Pour un costume standard de Scabal il faut compter au moins 1.200 euros. « D’autre part, pour la prise de mesures et le choix des tissus il faut un spécialiste. Mais je n’exclus pas qu’un jour nous proposerons des accessoires – boutons de manchettes, des cravates et autres – en vente online ».

 

Projet pilote à Paris bat son plein                                                                                                scabal

Gregor Thissen se montre également satisfait d’une nouvelle forme de distribution, que Scabal teste actuellement à Paris. L’entreprise y a aménagé un showroom au Square Opéra Louis Jouvet et y a formé des vendeurs qui se rendent personnellement chez le client, à son domicile ou sur son lieu de travail. « Cela a pris quelques temps avant que la formule ne démarre, mais actuellement elle bat son plein», affirme le CEO, qui envisage dans un avenir proche d’exporter cette formule dans d’autres pays.

 

Scabal réalise actuellement un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros. « Le commerce textile représente encore toujours la moitié de notre chiffre d’affaires et est le centre névralgique de l’entreprise » déclare Thissen. Scabal fournit ses tissus à de grands noms de la couture, comme Armani, Gucci, Prada et Brioni. Toutefois les costumes sur mesure représentent plus de 70% de la production totale.                                        

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Inditex : ralentissement de la croissance du CA

21/09/2017

Le groupe de mode espagnol Inditex, qui détient notamment les enseignes Zara et Massimo Dutti, a déçu les attentes des analystes au deuxième trimestre. En cause : le ralentissement de la croissance organique et les effets de change défavorables.

Esprit triple son bénéfice net en 2017

20/09/2017

Au cours de son exercice comptable 2016-2017 l’enseigne de mode Esprit est parvenue à tripler son bénéfice net. Pourtant le chiffre d’affaires a régressé de près de 9%, mais ce recul est lié essentiellement à la réduction du nombre de magasins.

Hema ne fait plus la distinction entre filles et garçons

20/09/2017

A la fin de cette année Hema abandonnera les indications de genre sur ses vêtements pour enfants : les emballages n’afficheront donc plus s’il s’agit d’un vêtement pour fille ou garçon.  Ainsi Hema s’inscrit dans une tendance actuelle très nette.

Fred & Ginger et GINGER réunis sous Fred + Ginger

19/09/2017

Les enseignes Fred & Ginger et GINGER, toutes deux propriétés du groupe FNG,  se regroupent sous le nom Fred + Ginger. Désormais les collections pour enfants de Fred & Ginger et les vêtements pour dames de GINGER seront disponibles sous le même toit.

La rénovation de Brantano porte ses fruits

15/09/2017

Le nouveau concept de l’enseigne de chaussures Brantano, sous la houlette du groupe FNG, rencontre un vif succès. Plus de la moitié des magasins ont déjà été transformés et les magasins rénovés génèrent en moyenne 20% de chiffre d’affaires en plus.

Les fortes réductions pèsent sur la croissance du CA de H&M Group

15/09/2017

Au troisième trimestre le chiffre d’affaires du suédois H&M Group a progressé de 5%, mais cette croissance a néanmoins été impactée par les promotions importantes accordées durant la période d’été.

Back to top