Scotch & Soda accélère le rythme d’ouverture de nouveaux magasins

Scotch & Soda accélère le rythme d’ouverture de nouveaux magasins
Scotch & Soda

La chaîne néerlandaise de magasins de vêtements Scotch & Soda n'attend pas que la crise du coronavirus soit complètement terminée pour étendre son réseau de boutiques dans le monde entier. L’enseigne en profite pour rafraîchir son logo et son identité de marque.

 

Nouveau style

"Nous sommes d'un optimisme sans bornes quant à l'avenir et au prochain chapitre de la marque et de l'histoire que nous avons à raconter", précise le PDG Frederick Lukoff dans un communiqué de presse. Le logo Scotch & Soda a ainsi fait l’objet d’un restyling, en particulier de l'esperluette, qui a été dotée d'un nouveau style visuel.

 

Ce restyling va également s'étendre aux magasins proprement dits, avec un nouveau concept de boutique "combiné avec l'intégration de commerce uniforme et les capacités omnicanales de la marque", selon le communiqué de presse. Ces rénovations devraient être achevées au début de l'année prochaine.

 

Mais ce n’est pas tout : 27 nouveaux magasins (dont douze « shop-in-shops ») viendront compléter le réseau existant de 225 magasins et 161 shop-in-shops. Les ouvertures de magasins sont réparties sur l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie. Un nouveau venu sur la carte mondiale du Scotch & Soda : Israël. En revanche, aucun nouveau magasin n'est prévu en Belgique.

 

Ambitions en matière de durabilité

Scotch & Soda poursuit également ses ambitions en matière de durabilité dans ses collections. Pour la prochaine saison d'été, 41 % de tous les styles, toutes lignes confondues, répondent aux normes internes de matériaux responsables. "Il s'agit de fibres certifiées biologiques, recyclées, régénératives ou renouvelables provenant d'une source biologique ou technique, comme le coton biologique, le polyester recyclé ou l'Econyl", explique Scotch & Soda. Seule exception : le coton recyclé, qui s'est vu attribuer un seuil de 20 % en raison de ses fibres plus courtes. L'été prochain, au moins la moitié de la collection devra répondre à ces normes, pour atteindre 70 % en 2024.