Scotch & Soda a d’ambitieux projets

Scotch & Soda a d’ambitieux projets

La marque de prêt-à-porter néerlandaise Scotch & Soda envisage une forte expansion, grâce à la présentation de ses collections durant la New York Fashion Week. Le groupe espère ainsi doubler son chiffre d’affaires et son bénéfice endéans les trois ans.

Première grande campagne publicitaire

L’objectif visé d’ici trois ans est d’atteindre un chiffre d’affaires de 750 millions d’euros et un résultat d’exploitation de 100 millions d’euros. Pour ce faire Scotch & Soda compte ouvrir davantage de magasins en gestion propre et la présentation des collections à la New York Fashion Week doit contribuer à faire percer la marque.


L’Allemagne est le principal marché visé dans le cadre de cette expansion. Scotch & Soda compte y ouvrir au moins un magasin par mois durant les trois années à venir. Actuellement la marque y est commercialisée dans 20 magasins en gestion propre et via 1.000 autres points de vente.


Par ailleurs Scotch  & Soda lancera une grande campagne publicitaire en juin, ce qui constitue un changement de stratégie radical pour la marque : « Nous avons toujours eu une tradition low-profile, qui fait partie de l’identité de Scotch. Nous fabriquons des choses superbes, mais nous n’avons pas de département PR ou marketing. Durant des années nous avons opté pour le murmure et le bouche- à-oreille », explique le CEO Dirk-Jan Stoppelenburg dans le journal De Financiële Telegraaf. Cette approche va donc désormais changer, puisque pour la première fois Scotch& Soda va collaborer avec une agence publicitaire.


Les projets d’expansion ont été approuvés par le propriétaire Sun Capital, qui pour l’instant fait l’objet de vives critiques aux Pays-Bas suite à la faillite de V&D, mais qui chez Scotch & Soda ne devrait pas avoir trop d’impact, estime Dirk-Jan Stoppelenburg. « Lorsqu’on devient trop grand, les financiers peuvent être tentés de répéter d’anciens succès, parce que financièrement c’est plus intéressant. Lorsqu’on devient trop grand, cela devient  un numéro d’équilibriste, comme c’est le cas chez Ralph Lauren. Nous n’atteindrons pas ce point avant de nombreuses années. »