Un avertissement sur chiffre d’affaires et bénéfices pour le groupe de lingerie Van de Velde

Un avertissement sur chiffre d’affaires et bénéfices pour le groupe de lingerie Van de Velde

Le groupe de lingerie Van de Velde (connu pour des marques comme Marie Jo et PrimaDonna et des chaînes comme Rigby & Peller et Lincherie) fait face à d’importantes difficultés : le groupe ne table plus sur une croissance du CA cette année.

« Un chiffre d’affaires stable ou légèrement en baisse »

La mise à jour envoyée par Van de Velde ce matin est tout sauf rassurante : les ventes dans les magasins de lingerie ne démarrent que très lentement cette année et la croissance des « nouveaux canaux » (surtout l’e-commerce) n’est pas capable de compenser entièrement.  « Outre le lancement réussi de Marie Jo Swim et la croissance des nouveaux canaux, Van de Velde continue à développer son environnement retail dans lequel le groupe est traditionnellement actif (magasins physiques) », explique-t-on à Schellebelle.  « Cela n’a pas encore produit les résultats escomptés.  Van de Velde ne s’attend donc pas à ce que le chiffre d’affaires total augmente en 2018 par rapport à 2017, mais qu’il reste stable ou soit légèrement inférieur. »


 
C’est une très mauvaise affaire pour le PDG Erwin Van Laethem qui doit renoncer aux 5 % de croissance du chiffre d’affaires « en ligne avec la moyenne historique ».  « Cela devrait exercer une pression considérable sur l’évolution de la rentabilité par rapport à 2017. »


 
L’avertissement sur le chiffre d’affaires et les bénéfices de ce matin est un énième revers pour l’entreprise et ses actionnaires.  Ces derniers – dont fait partie la famille fondatrice – avaient déjà dû subir une baisse de 70% des dividendes.