ZEB teste des gadgets technologiques dans son flagship store renouvelé

ZEB teste des gadgets technologiques dans son flagship store renouvelé

ZEB teste des gadgets technologiques dans son flagship store renouvelé

Le 1er septembre la chaîne multimarques ZEB a rouvert son magasin de Merchtem après une profonde rénovation. L’enseigne y teste un tout nouveau concept, avec des caisses de self-scanning, des mannequins digitaux et bien d’autres choses encore.

Caisses de self-scanning et mannequins virtuels

Après environ un an de travaux intensifs, le magasin de ZEB sur la Brusselsesteenweg à Merchtem a été entièrement remis à neuf. « On ne peut pas parler de remodelage, en fait c’est un nouveau magasin », explique la coordinatrice marketing Ellen Simons. Le point de vente est comme un laboratoire où sont testés le nouveau concept et divers gadgets technologiques.


Avec sa surface de 1.000 m² et sa situation à proximité du siège principal de ZEB, l’espace commercial de Merchtem s’y prête admirablement. « On peut faire des mock-ups et les faire tester par ses propres collaborateurs, mais dans ce cas la connaissance préalable est telle que le résultat n’est pas le même. Ici nous pouvons recueillir en direct les réactions de vrais clients. »


Parmi les nouveautés dans ce concept, il y a les caisses de self-scanning, où les clients tout comme au supermarché peuvent eux-mêmes scanner et payer leurs achats, ainsi que des écrans digitaux diffusant différents looks en alternance. Les caisses automatiques doivent permettre de réduire le personnel déployé aux moments de grande affluence, mais en même temps les clients aiment s’en servir, comme ZEB a pu le constater lors du weekend d’ouverture. « Les jeunes surtout ont directement utilisé ces caisses, parce que cela les amuse, comme si c’était un jeu. »


Mélange et combinaison de tenues, aussi online

Les nouveaux écrans présentent différentes tenues par groupe-cible. A noter que chaque item des looks présentés est disponible en magasin. Les looks sur les écrans sont donc actualisés en fonction du stock présent en magasin. « Bien évidemment les items sont également en vente via le webshop, mais nous trouvons important qu’ils soient immédiatement disponibles en magasin. Nous voulons offrir ce confort-là au client », souligne Simons.


Avant la fin de l’année les mannequins digitaux seront également déployés sur le webshop.  « Les gens aiment voir comment mélanger et combiner différents items. Nous espérons pouvoir répondre à ce besoin, grâce aux modèles virtuels. En ce moment nous avons un grand box dans nos bureaux,  où les modèles sont photographiés avec un tas de tenues différentes. »


Les magasins de grand format deviennent la norme

Outre les gadgets technologiques, le nouveau concept consacre davantage d’espace aux corners pour les marques très prisées, comme Astrid Bryan et Jack&Jones. Ces marques disposent de leur propre shop-in-shop avec leur look et leur mobilier spécifiques, voire même leurs propres écrans dans certains cas. A Merchtem l’enseigne teste également un miroir intelligent : l’écran montrant les différents looks se transforme automatiquement en miroir lorsque le client s’en approche. L’idée est d’ajouter encore d’autres applications interactives à ce miroir, notamment le partage sur les réseaux sociaux.


L’intérieur du magasin a été entièrement rafraîchi, avec le noir comme couleur dominante et du marbre pour les caisses. Le magasin est également plus spacieux : dorénavant ZEB optera pour des locaux d’environ 1.000 m². « Nous allons peut-être à contre-courant, mais c’est là notre particularité chez ZEB : toujours un peu contraire. » D’autres nouveaux magasins et magasins rénovés ouvriront leurs portes selon ce même concept, mais pour l’instant sans les caisses automatiques et les écrans.


Vous désirez en savoir plus sur les projets et la vision d’avenir de ZEB ? Le fondateur Luc Van Mol vous en donnera un aperçu exclusif lors du RetailDetail Day le 21 septembre à Malines. Ne tardez plus à vous inscrire, en cliquant ici.


La version complète de cet article paraîtra dans le numéro d’octobre du Magazine RetailDetail. Pour recevoir le magazine dans votre boîte aux lettres, abonnez-vous dès maintenant.

 

Galerie de photos

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Bestseller investit dans About You

20/07/2018

Le groupe danois Bestseller prend une participation significative dans la plateforme de mode allemande About You. Une augmentation de capital d’environ 250 millions d’euros devrait permettre au retailer en ligne de poursuivre sa croissance.

100 millions d’euros qui partent en fumée chez Burberry

20/07/2018

Tout le monde ne comprend pas la nécessité du développement durable. L’année dernière, la marque de mode britannique Burberry a brûlé plus de 30 millions d’euros de produits de marque « pour éviter qu’ils ne tombent entre de mauvaises mains ».

3 Suisses, l’icône de la vente par correspondance, dépose le bilan en Belgique

19/07/2018

La division belge des 3 Suisses a été déclarée en faillite, après un démarrage désastreux des soldes. Durant les premiers jours des soldes, le webshop a vendu 30% de moins que l’année précédente. Onze emplois sont menacés.

Adidas veut renforcer les liens avec le petit commerçant

15/07/2018

Adidas veut renforcer les liens avec le retail après les critiques des commerçants selon lesquels le géant allemand du sport promeut son webshop de façon trop agressive. Le rôle joué par des chaînes physiques internationales serait (trop?) important.

Les ventes Burberry en hausse grâce à la nouvelle stratégie

11/07/2018

La nouvelle stratégie de la marque de mode britannique Burberry porte ses fruits : l’entreprise a vu le CA de ses propres filiales augmenter de 3% au cours du dernier trimestre. Le CA total s’élève à 479 millions de livres sterling.

Wibra toujours à la peine

10/07/2018

En 2017 l’enseigne de mode discount Wibra a enregistré de faibles performances dans ses magasins belges : le chiffre d’affaires y a chuté de 7% à 61,7 millions d’euros, tandis que le bénéfice a fondu de 6,5 à 0,5 million d’euros.