Zeeman et Tesco liés à des affaires de conditions problématiques dans des filatures en Inde

Shutterstock.com

Plusieurs grandes entreprises, dont Carrefour, Ikea, Tesco et Zeeman, sont citées dans un rapport dénonçant les mauvaises conditions de travail dans les filatures en Inde.

 

Fausses promesses

Le Centre de recherche sur les sociétés multinationales (SOMO) et l'organisation de défense des droits de l'homme Arisa dénoncent des conditions de vie et de travail affligeantes dans l'industrie textile de l'État indien du Tamil Nadu. Les travailleurs seraient recrutés au moyen de fausses promesses et seraient largement coupés du monde extérieur, logés dans des hostels. « Dans les cas les plus graves, cela équivaut à du travail forcé », déclare Pauline Overeem, chercheuse au SOMO.

 

Les chercheurs ont mis en lumière des liens directs et indirects entre les filatures ayant fait l’objet de l’enquête et une dizaine d'entreprises internationales : Carrefour, Gap, Ikea, Marc O'Polo, Next, Sainsbury's, Tesco, The Cookie Company Group, WE Fashion et Zeeman. « Les entreprises acheteuses doivent prendre des mesures pour prévenir le travail forcé et tenir compte du risque de travail forcé dans leurs pratiques d'achat », indique également le rapport.

 

Tesco reconnaît sa culpabilité

Plusieurs des entreprises cité ont depuis pris des mesures. Selon FashionUnited, Zeeman a mis fin au partenariat dans le Tamil Nadu, tandis que WE Fashion étudie les relations commerciales avec les filatures. Tesco a également reconnu que des abus avaient été constatés dans l'une des usines avec lesquelles l’entreprise est liée dans la région, rapporte The Guardian.

 

Dans le cas Tesco, il serait question de « problèmes graves » concernant les salaires et les avantages sociaux, et de harcèlement verbal à l’encontre des travailleurs. « Bien que nous ne soyons pas un client direct de cette usine, nous reconnaissons notre responsabilité envers tous les acteurs de notre chaîne d'approvisionnement et nous nous associons à d'autres marques et à SOMO pour éclaircir cette affaire et faire en sorte d’apporter des améliorations », a déclaré un porte-parole de la chaîne de supermarchés britannique.