Progression surprenante de l’e-commerce en Europe centrale

Progression surprenante de l’e-commerce en Europe centrale

L’e-commerce se développe avec une rapidité étonnante en Scandinavie et en Europe centrale. Rien d’étonnant dans les pays nordiques dont on connaît l’ engouement pour la technologie, plus surprenant par contre pour l’ Europe centrale. En Scandinavie de nombreux  consommateurs achètent online, alors qu’en Europe centrale les entreprises anticipent sur le développement escompté de la demande online du consommateur.

C’est ce que conclut Digital Agenda for Europe, une étude de la Commission européenne concernant le développement de l’univers numérique, sur base d’un large spectre de champs d’investigation, allant de la pénétration d’Internet au secteur des télécoms ; et des services publics online jusqu’au e-commerce.


La demande online continue sa croissance

De plus en plus de consommateurs de l’UE semblent effectuer leurs achats online : en 2004, 20,4% des citoyens des Etats membres de l’UE effectuaient des achats online. En 2011 ce pourcentage a plus que doublé jusqu’à atteindre 42,7%. Comme prévu, la plupart des consommateurs achetant en ligne habitent en Europe du Nord, avec dans le haut du classement le Royaume-Uni (71,1%), la Suède (70,6%), le Danemark (70%). Les Pays-Bas suivent de près avec 68,8%, alors que la Belgique avec 43,3% se situe aux alentours de la moyenne de l’UE.


Là où les consommateurs achètent davantage online, la part de l’e-commerce dans le chiffre d’affaires total des entreprises augmente. En 2004 dans l’UE cette part du commerce en ligne sur le chiffre d’affaires global représentait en moyenne  8,6%, en 2011 ce pourcentage s’élevait à 13,7%. On note toutefois une légère baisse par rapport  à 2010 (13,9%).


A signaler également qu’au niveau national la Scandinavie et l’Europe centrale  ont une longueur d’avance par rapport au reste de l’Europe. Ainsi en Tchéquie la part du commerce online dans le chiffre d’affaires global des entreprises s’élève à pas moins de 24,7%. Autres leaders dans ce domaine: la Finlande (19,6%), la Suède (18,9%) et la Hongrie (18,8%). Les Britanniques avec 17% se situent en deçà des attentes, malgré l’important chiffre d’affaires online d’une entreprise comme Tesco (plus de 3 milliards d’euros). S’agissant ici de moyennes, les résultats des quelques grands acteurs britanniques se fondent dans l’ensemble.


Un important potentiel en Tchéquie et en Hongrie

L’importante part du chiffre d’affaires online dans les entreprises scandinaves correspond au comportement d’achat en ligne des consommateurs dans des pays tels que la Suède (70,6% de la population). En Tchéquie et en Hongrie par contre les entreprises semblent plus actives en ligne que les consommateurs.


En 2011, seuls 30,2% des Tchèques et 22,3% des Hongrois avaient déjà  effectué des achats en ligne ; des pourcentages nettement inférieurs aux moyennes européennes. Ces deux pays d’Europe centrale offrent donc un énorme potentiel en vue d’augmenter la part  de l’e-commerce dans le chiffre d’affaires.


Les entreprises plus sensibles à la crise que les citoyens

Autre constat frappant de l’étude : le comportement online des entreprises semble bien plus sensible à la conjoncture que celui des consommateurs.  Même si les citoyens de l’UE achètent de plus en plus en ligne, les chiffres d’ achats et de ventes online par les entreprises  ne présentent pas une courbe de croissance constante.


Les achats online des entreprises surtout semblent sensibles à la situation économique : en 2004  en moyenne 25,9% des entreprises de l’UE achetaient en ligne. En 2008 ce pourcentage atteignait  27,9%, pour ensuite chuter à 19,1% en 2011. Une baisse constatée à la fois dans les grandes et les petites entreprises.

 

Sur ce point, une fois de plus l’Europe centrale figure en tête :  l’Irlande (48,8%), l’Autriche (41%) et la Tchéquie (39,1%) constituent le trio de tête des pays où les entreprises achètent le plus en ligne. La Hongrie par contre obtient un score nettement inférieur : avec 17,9% le pays de Liszt se situe en-dessous de la moyenne de l’EU. Résultat assez surprenant vu la part relativement importante de l’online dans le chiffre d’affaires moyen des entreprises.


Moins d’entreprises vendent en ligne

Quant aux ventes online, le comportement des entreprises présente le même scénario. En 2004, 13,5% des entreprises dans l’UE vendaient en ligne, en 2008 ce pourcentage atteignait 15,8%. Depuis la crise en 2008 la vente online a connu elle aussi une baisse : avec 13% en 2011, le pourcentage est  légèrement inférieur à celui de 2004.


Les plus gros vendeurs en ligne sont la Tchéquie (25,8%), la Suède (24,4%), l’Irlande (23,3%) et le Danemark (22,9%). Une fois de plus les Britanniques obtiennent un score nettement inférieur avec 14,9% ;  preuve que la plupart des entreprises adoptent pour l’instant une attitude expectative.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


« Le shopping doit être débarrassé des moments dénués de valeur »

20/03/2017

Les retailers d’aujourd’hui se trouvent devant un choix très simple : soit ils accélèrent l’expérience  en magasin, soit ils la ralentissent, affirme Cate Trotter d'Insider Trends, qui sera l'une des oratrices au RetailDetail Congress du 27 avril.

Carrefour Belgique intensifie ses efforts en matière de durabilité

10/06/2016

Produits plus sains, respect de l’environnement et ancrage local sont les trois piliers de la politique de Carrefour Belgique en matière de durabilité. Le retailer invite ses fournisseurs à participer à un concours anti-gaspillage.

L'Europe supprime les obstacles pour les achats transfrontaliers

06/06/2016

La Commission européenne a élaboré certaines mesures, afin de faciliter les achats des consommateurs sur des webshops étrangers. La Commission souhaite notamment s'attaquer au problème du blocage géographique.

C’est ainsi que Coca-Cola intègre le smartphone

11/04/2016

Le smartphone devient un partenaire indispensable lorsqu’on fait des achats, estime Coca-Cola : la marque de soda y répond par une multitude d’initiatives, dont une toute nouvelle application.

Les marques premiers prix perdent le combat contre le hard discount

24/03/2016

L’introduction des marques premiers prix est une mauvaise stratégie dans la lutte contre le hard discount, estime IPLC (International Private Label Consult). Leur qualité inférieure nuit à l’image des supermarchés et les marges diminuent.

Frans Muller : « En tant que retailer, il faut faire des choix »

23/03/2016

Dans les années à venir le CEO de Delhaize Frans Muller aura pour mission de mener à bien l’intégration entre Ahold et Delhaize. En quoi cela consistera-t-il ? Lors du prochain RetailDetail Congress il nous exposera sa vision des choses.

Back to top