Safeshops : « Les sites de vente en ligne belges ne sont pas trompeurs »

Safeshops : « Les sites de vente en ligne belges ne sont pas trompeurs »

Grande consternation dans les médias aujourd’hui : selon le rapport annuel de l’Inspection économique les sites de vente en ligne trompent massivement leurs clients. Pas moins de 81% des webshops n’étaient pas conformes aux règlementations, communique  le SPF Economie. L’association sectorielle Safeshops pour sa part indique que ‘tromper’ au sens juridique n’implique pas une connotation de malveillance et que 97,5% des irrégularités ont été rectifiées immédiatement après l’avertissement du SPF Economie.

Droit de se rétracter après achat non-mentionné

Parmi les 875 sites contrôlés, 711 n’étaient pas en règle.  Les effractions les plus courantes portent sur la non-mention ou la mention erronée  de la facturation  de frais d’envoi et le droit du consommateur de se rétracter après achat. Plus de la moitié des sites  n’affichaient pas ou mal ce droit de l’acheteur – valable jusqu’à 14 jours après achat.


Parmi les sites vendant des crédits en ligne, les contrevenants sont nombreux. Quasi tous les sites analysés ont été jugés ‘trompeurs’ : sur 93 seuls 4 étaient en ordre. Les sites étrangers eux aussi enfreignent souvent les règles : ainsi l’année dernière 107 plaintes ont été enregistrées à l’encontre de sites étrangers (principalement hollandais) vendant des tickets de concert illégalement. Au total l’Inspection économique a constaté 8224 infractions :  triste record.


‘Petites erreurs, pas de tromperie délibérée’

Marc Périn, président de l’organisation sectorielle Safeshops, estime qu’il ne faut pas dramatiser les chiffres. Dans la plupart des cas il s’agissait de petites erreurs, qui ont immédiatement été rectifiées. Selon lui il n’est pas question de tromperie délibérée : tout comme dans d’autres secteurs le majorité est de bonne volonté, mais la législation en la matière est souvent trop complexe pour qui les sites internet puissent  se tenir entièrement au courant.


« En tant qu’organisation sectorielle, nous sommes conscients de notre responsabilité et nous prenons d’ailleurs des initiatives autorégulatrices, afin que tous les webshops soient conformes aux règlementations en vigueur », explique Périn. Nous avons un système unique de certificats pour la Belgique, qui tient compte du fait que tant les sites internet que la législation ne cessent de changer. Notre label de qualité, qui est beaucoup plus sévère que toutes les directives légales, doit être renouvelé tous les deux ans. »


Le secteur apprécie l’action, mais estime que les conclusions de l’étude sont elles aussi trompeuses :  « Les conclusions du SPF Economie ne permettent pas de déduire l’importance des problèmes ». Pour une petite omission, un site est considéré comme n’étant pas en règle – ou en termes juridiques ‘trompeur’ -  et de ce fait il est mis dans le même sac que les rares sites qui eux sont réellement malveillants.

 

‘La législation est trop complexe et dépassée’

La législation est très complexe, indique Périn : « Les lois datent pour plupart du temps des entreprises de vente par correspondance et ne sont souvent pas applicables aux sites internet. » D’autre part il y a dans l’UE 27 règlementations différentes, en plus des lois valables dans toutes l’UE.


« Un site néerlandais qui mentionne ici que le délai de réflexion est de 7 jours, ne le fait pas par malveillance. Là-bas c’est comme ça. » Toutefois les lois belges sont valables, donc lorsqu’un site mentionne un délai inexact, le consommateur belge a bien entendu droit à un délai de réflexion de 14 jours ».


Périn a une requête envers les autorités : « Le contrôle est très important et si chacun ressent qu’il peut être sanctionné en cas d’infraction, c’est déjà une bonne raison pour tout e-commerçant de se conformer aux règles. Toutefois il est important aussi que tout le monde se sente égal face à la loi. C’est pourquoi je souhaiterais que les  autorités de ne poursuivent pas uniquement les petits , mais également les gros poissons, qui refusent manifestement de reconnaître le droit des consommateurs. Pensez par exemple à Apple, qui propose une garantie de deux ans contre paiement, alors que selon la loi belge cela devrait être gratuit. »


‘Suivre les règles dans son propre intérêt’

L’union des entrepreneurs indépendants Unizo elle aussi évoque la responsabilité des législateurs : « les règles sont trop complexes et ne sont pas harmonisées au niveau international ». Néanmoins l’organisation insiste sur le fait que les vendeurs en ligne ont tout intérêt à être en règle : « Si ce n’est pas le cas, le client décrochera ».


Test-Achats pour sa part estime que tout client dupé doit toujours réagir : « Il est conseillé d’envoyer une lettre recommandée à l’adresse géographique de l’entreprise et un mail à l’adresse électronique » explique Ivo Mechels. « Il faut évidemment exiger le remboursement de la somme contestée. On peut également introduire une plainte auprès du SPF Economie. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


« Le shopping doit être débarrassé des moments dénués de valeur »

20/03/2017

Les retailers d’aujourd’hui se trouvent devant un choix très simple : soit ils accélèrent l’expérience  en magasin, soit ils la ralentissent, affirme Cate Trotter d'Insider Trends, qui sera l'une des oratrices au RetailDetail Congress du 27 avril.

Carrefour Belgique intensifie ses efforts en matière de durabilité

10/06/2016

Produits plus sains, respect de l’environnement et ancrage local sont les trois piliers de la politique de Carrefour Belgique en matière de durabilité. Le retailer invite ses fournisseurs à participer à un concours anti-gaspillage.

L'Europe supprime les obstacles pour les achats transfrontaliers

06/06/2016

La Commission européenne a élaboré certaines mesures, afin de faciliter les achats des consommateurs sur des webshops étrangers. La Commission souhaite notamment s'attaquer au problème du blocage géographique.

C’est ainsi que Coca-Cola intègre le smartphone

11/04/2016

Le smartphone devient un partenaire indispensable lorsqu’on fait des achats, estime Coca-Cola : la marque de soda y répond par une multitude d’initiatives, dont une toute nouvelle application.

Les marques premiers prix perdent le combat contre le hard discount

24/03/2016

L’introduction des marques premiers prix est une mauvaise stratégie dans la lutte contre le hard discount, estime IPLC (International Private Label Consult). Leur qualité inférieure nuit à l’image des supermarchés et les marges diminuent.

Frans Muller : « En tant que retailer, il faut faire des choix »

23/03/2016

Dans les années à venir le CEO de Delhaize Frans Muller aura pour mission de mener à bien l’intégration entre Ahold et Delhaize. En quoi cela consistera-t-il ? Lors du prochain RetailDetail Congress il nous exposera sa vision des choses.

Back to top