Klépierre renonce au projet Neo

Klépierre renonce au projet Neo

Le groupe français Klépierre se retire de la course en tant que candidat-investisseur dans le projet commercial Neo sur le plateau du Heysel à Bruxelles. Les candidats restants formuleront prochainement leur offre définitive.

Trois consortiums

Les trois candidats ont été choisis fin 2012 : le premier consortium comprend le britannique Hammerson, la société belgo-française Soficom et l’entreprise belge Codic. Le  deuxième groupe se compose du français Unibail-Rodamco (Forum des Halles à Paris et Euralille à Lilles) et les entreprises belges Besix et CFE.


Le troisième groupe comprend Klépierre et les investisseurs AG Real Estate et Werelhave. On ignore toutefois ce que feront les autres parties du consortium de Klépierre.  Si le retrait de Klépierre se confirme, c’est un candidat de taille qui abandonne la course : le groupe français,  actif dans quarante villes dans treize pays, gère un portefeuille immobilier d’une valeur de 16 milliards d’euros.


Les 318 centres commerciaux exploités par Klépierre, attirent plus de 1,5 milliard de visiteurs par an. Parmi les grands projets du groupe figurent notamment La Gavia à Madrid (79.000 m², 11 millions de visiteurs par an), l’Odysseum à Montpellier (45.000 m², 5,5 millions de visiteurs par an) et l’Esplanade à Louvain-la-Neuve (31.000 m², 7,5 millions de visiteurs par an).


Le projet Neo comprend une zone commerciale d’ une surface de 72.000 m², des établissements horeca sur 9.000 m² et un projet de logement comptant 750 unités. Selon le journal De Tijd,  Klépierre renoncerait au projet Neo  parce que l‘actionnaire majoritaire Simon Property, qui détient 28,9% du groupe, aurait mis des bâtons les roues.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: