Le gouvernement flamand donne le feu vert à Uplace

Le gouvernement flamand donne le feu vert à Uplace

Le gouvernement flamand est parvenu à un accord concernant un nouveau plan d’exécution spatial qui préserve entièrement le méga complexe commercial Uplace Machelen et qui en même temps répond aux critiques émises par le Conseil d’Etat.

Moins de petits commerces dans la région

Pour rappel : en juin 2014 le Conseil d’Etat annulait le plan d’exécution spatial régional pour la zone Vilvorde-Machelen. Ce plan devait permettre l’implantation du méga complexe commercial, très controversé, de Uplace à Machelen. Toutefois le Conseil d’Etat avait émis de sérieuses objections concernant le plan de mobilité.


Après une longue journée de discussion vendredi dernier le gouvernement flamand  a finalement trouvé un accord : « Par rapport au plan d’exécution spatial annulé, nous avons réduit d’un tiers la superficie dédiée aux petits commerces dans la région », explique la ministre flamande de l’Environnement Joke Schauvliege (CD&V). « Par ailleurs nous demandons des garanties en termes de transports publics, avant de permettre les activités génératrices de trafic. Les conditions sont la mise en place d’une ligne de bus à haute fréquence et d’une gare ferroviaire », ajoute-t-elle.


Alors que le nouveau plan d’exécution spatial réduit d’un tiers la superficie réservée aux petits commerces dans la région, la superficie du complexe commercial Uplace reste inchangée, soit 55.000 m². De plus l’espace destiné aux hôtels, loisirs et autres activités est également maintenu.


Uplace et Voka satisfaits …

Le promoteur de Uplace n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction : « Ces décisions sont positives pour l’entreprenariat en Flandre et perpétuent la sécurité juridique »,  indique-t-il dans un communiqué de presse. Uplace rappelle que le projet permettra la création de 3.200 jobs : Uplace « sera le moteur de nouvelles activités économiques et apportera prospérité et bien-être dans une région qui en avait grand besoin. »


Réaction positive également du réseau d’entreprises flamand Voka qui se réjouit que la région « après près de 15 ans ait à nouveau la possibilité de se développer et de mettre en place l’infrastructure nécessaire au niveau de la mobilité ; et ce une décennie après le début du plan de relance flamand START suite à la disparition de Sabena et Renault. »


… les organisations des indépendants et de mobilité furieuses

Par contre, selon Karel Van Eetvelt de l’organisation des indépendants Unizo, « la Flandre viole sa propre politique de renforcement des centres-villes » et le feu vert au projet Uplace est « une forte déception pour les petits commerces dans le centre des villes et des communes. »


Christine Mattheeuws, présidente du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI), elle aussi critique la décision : «  Ceux qui veulent donner une chance aux petits commerces dans le centre des villes et des communes et veulent réduire l’inoccupation, ne peuvent parallèlement soutenir des projets qui détruisent ces mêmes petits commerces »


L’organisation de mobilité Touring pour sa part prévoit que « le nombre d’heures perdues par an dans les embouteillages sur le Ring de Bruxelles augmentera de 424 heures et que les files s’allongeront d’environ 4 kilomètres par jour. C’est vraiment chercher les problèmes de mobilité. »

 

Enquête publique

Mais le calvaire de Uplace n’est pas encore terminé. A présent une enquête publique d’une durée de six mois va être réalisée. Les objections ou commentaires éventuels seront à nouveau soumis au gouvernement flamand à l’automne 2015.


Au terme de cette enquête publique, le gouvernement pourra établir un plan d’exécution spatial définitif, après quoi Uplace devra introduire une (nouvelle) demande de permis de construire. Il reste donc encore un bon bout de chemin à parcourir …

 

Tags: