Les transactions immobilières diminuent de moitié au premier semestre

Les transactions immobilières diminuent de moitié au premier semestre

Les chaînes de magasins internationales, qui ces dernières années ont fortement étendu leur réseau commercial en Belgique, semblent avoir ralenti la cadence durant le premier semestre de cette année. C’est ce qu’annonce le spécialiste de l’immobilier CBRE dans son bilan semestriel.

Les localisations primaires toujours très recherchées

Ces dernières années la Belgique a connu une véritable invasion de nouvelles chaînes de magasins internationales et les chaînes déjà présentes ont continué à se développer. Ce premier semestre, notre pays a enregistré des transactions immobilières (location et vente), équivalentes à une surface globale de 106.797 m², soit la moitié par rapport à la même période en 2011. A signaler toutefois que début 2011 de nombreux nouveaux parcs commerciaux extra-urbains ont sérieusement gonflé ces chiffres, alors que cette année par contre on compte très peu de nouveaux projets commerciaux.


La demande d’emplacements commerciaux primaires reste considérable, selon CBRE.  Actuellement les commerçants payent des loyers d’environ 1.800 euros/m² pour les endroits exclusifs comme par exemple au Meir à Anvers ou à la rue Neuve à Bruxelles. Dans les plus  grands shopping centers belges aussi, ces  localisations primaires continuent à être très demandées.


Plus de la moitié des investissements dans le retail

Bien que les commerçants ces six derniers mois aient quelque peu freiné la cadence, le secteur retail dans son ensemble représente plus de la moitié des investissements. Le montant global des transactions réalisées jusqu’à présent en 2012 s’élève à 649 millions d’euros, dont 345 millions d’euros ont été investi dans l’immobilier commercial. Le marché de bureaux bruxellois suit en deuxième position, loin derrière, avec 142 millions d’euros. En numéro trois l’immobilier dans le secteur des soins (maisons de repos et de soins, seigneuries, résidences de services … et autres) : 136 millions d’euros.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: