Le CEO belge d’IKEA France vise le cap des 40 magasins d’ici 2020 | RetailDetail

Le CEO belge d’IKEA France vise le cap des 40 magasins d’ici 2020

Le CEO belge d’IKEA France vise le cap des 40 magasins d’ici 2020

Cette année IKEA a bien résisté malgré la crise sur le marché de l’ameublement français. Le CEO Stefan Vanoverbeke est « assez satisfait » et reste ambitieux : avec 10 magasins en plus notre compatriote veut contrôler 20% du marché d’ici 2020.

Statu quo dans un marché de l’ameublement en déclin

Au cours de l’exercice précédent les performances d’IKEA France ont été satisfaisantes : après une toute première baisse du chiffre d’affaires en 2012-2013 (-4,3%), le groupe a clôturé son exercice 2013-2014 (jusqu’à fin août) au même niveau avec un chiffre d’affaires de 2,38 milliards d’euros.


Sachant que le marché de l’ameublement français a connu une baisse de -2,5% durant le premier semestre 2014 (après la baisse de -2,9% en 2013), ce résultat est plus que correct. « Vu le contexte actuel, je suis assez satisfait », affirme Stefan Vanoverbeke, qui grâce à des réductions de prix a su attirer environ 2% de clients en plus.


En France IKEA détient une part de marché de 17,9% (stable), mais les ventes en ligne « connaissent une croissance à deux chiffres », selon le CEO, qui estime que d’ici cinq ans le canal online générera 10% du chiffre d’affaires.


Des projets d’avenir ambitieux

Même si Vanoverbeke ne communique pas de chiffres quant au bénéfice (IKEA n’étant pas coté à la bourse, l’entreprise n’est pas obligé de le faire), il parle néanmoins « d’une amélioration du bénéfice net cette année ». Et cela « nous donne confiance pour investir. »


Durant l’exercice précédent IKEA a ouvert son 30ème point de vente français à Clermont-Ferrand (photo) et en 2015 le géant du meuble s’installera également à Mulhouse et Bayonne. « D’ici 2017 nous ouvrirons sept nouveaux magasins au total », indique Vanoverbeke, qui d’ici 2020 souhaite atteindre le cap des 40 magasins en France, ce qui représenterait une part de marché de 20%. Rien que pour la période de 2013-2016 il s’agirait d’un budget de 600 millions d’euros.


Au cours des prochains mois le CEO veut également déployer le système click&collect (actuellement testé avec succès dans le magasin de Montpellier) dans cinq nouveaux magasins avant de le généraliser. Et à terme Vanoverbeke rêve même d’un magasin urbain à Paris …

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Home24 est la nouvelle aventure à succès de Rocket Internet

18/06/2018

Après Zalando, HelloFresh et Delivery Hero, le groupe d’investissement Rocket Internet a introduit avec succès le retailer de meubles en ligne Home24 en bourse vendredi dernier. Cette levée de fonds devra servir à accélérer la croissance du webshop. 

Ikea souhaite exclusivement des matériaux renouvelables

08/06/2018

Ikea s’est fixé des objectifs majeurs en matière de développement durable : la chaîne d’ameublement vise une empreinte écologique positive d’ici 2030 et elle souhaite exclure tous les produits jetables en plastique d’ici la fin de l’année prochaine.

Casa se lance dans la livraison à domicile à l’international

06/06/2018

L’enseigne d’aménagement de la maison Casa a lancé un nouveau webshop permettant aux clients de toute l’Europe de se faire livrer des meubles et du mobilier de jardin à domicile. Les livraisons s’effectuent depuis une plateforme logistique à Genk.

Jysk ouvre cinq magasins le même jour

01/06/2018

Le 31 mai dernier, la chaîne scandinave d’aménagement de l’intérieur Jysk ouvrait cinq magasins dans cinq pays différents. La Hongrie, l’Ukraine, la Roumanie, la Slovaquie et la Suède ont accueilli un nouveau magasin le même jour.

Blokker Belgique a un nouveau directeur

31/05/2018

Depuis le 1er mai Rob Schuyt occupe la fonction de directeur général de Blokker Belgique. Il succède à Bernd Bosch, qui a démissionné fin avril.

Analyse : le doute continue de planer sur Blokker

29/05/2018

Blokker Holding a beau percevoir les premiers signes de redressement malgré une énorme perte, les observateurs par contre restent sceptiques quant aux chances de survie du groupe. Et qui donnerait encore un cent pour les activités belges ?