« Les alliances de la distribution sont indispensables pour faire contrepoids aux puissantes multinationales »

« Les alliances de la distribution sont indispensables pour faire contrepoids aux puissantes multinationales »
Agecore inaugural meeting in 2015

Suite à la procédure judiciaire française contre Intermarché pour de potentiels faits d’abus de pouvoir, les organisations de distribution ont partagé leurs inquiétudes : les alliances d'achat favorisent la concurrence et maintiennent de faibles prix à la consommation, affirment-elles.

 

Augmentations des prix et restrictions d’approvisionnement

Après l'annonce que la chaîne de supermarchés Intermarché était accusée d'abus de pouvoir vis-à-vis des fournisseurs de marque, l'association des industries de marque européenne AIM a appelé l'UE à se pencher davantage sur les pratiques de l'alliance d’entreprises de distribution Agecore, non seulement en France mais également en Allemagne, en Italie, en Espagne et en Belgique (Colruyt Group est l'un des membres).

 

Les fabricants de marques dénoncent le modèle commercial des groupes d'achat internationaux : « Interrompre radicalement les commandes et retirer les marques des rayons (les supprimer des références) ou menacer de le faire si les fournisseurs ne paient pas, restreint la concurrence sur le marché et sur la chaîne d'approvisionnement, ce dont pâtit finalement le consommateur », affirment-ils.

 

Cela n'a pas été au goût des organisations de vente au détail EuroCommerce et Independent Retail Europe. Les détaillants opèrent dans un nombre de pays limité et sur un marché très concurrentiel, avec des coûts fixes élevés et de faibles marges de 1 à 3%, ont-elles indiqué dans une déclaration conjointe. Les fournisseurs de marques multinationales, en revanche, opèrent dans le monde entier et tirent des marges environ dix fois supérieures.

 

Pas de source de concurrence déloyale

Les fournisseurs imposent également des augmentations de prix constantes aux détaillants, sans réel lien avec le produit ou les coûts de production. Les alliances sont donc nécessaires et contribuent également à atténuer l’impact des restrictions d'approvisionnement territoriales imposées par les fournisseurs de grandes marques, entraînant parfois des différences de prix considérables sur le marché européen.
 

L'année dernière, un rapport sollicité par le Parlement européen avait déjà conclu que les alliances de la grande distribution ne sont pas une source de concurrence déloyale. « Les alliances d'achat entre détaillants sont devenues une composante essentielle des chaînes d'approvisionnement des épiceries. Elles peuvent offrir aux consommateurs des prix plus bas sur les produits alimentaires et de soins personnels qu'ils achètent au quotidien », avait à l'époque déclaré la commissaire européenne, Margrethe Vestager.