AB InBev n’est plus le bienvenu dans la capitale indienne

Durant trois ans les bières d’AB InBev seront bannies de la capitale indienne New Delhi. Selon les autorités locales, le géant brassicole aurait contourné des taxes.


Fraude avec les codes-barres

Deux entrepôts d’AB InBev à New Delhi ont été mis sous scellés,  suite à une enquête à l’encontre du géant brassicole. Cette enquête longue de trois ans, a conclu que SAB Miller – racheté par AB InBev en 2016 – utilisait des codes-barres dupliqués, afin de payer moins de taxes.


Pour vérifier si les brasseurs payent les accises locales, la capitale indienne oblige en effet les fabricants à pourvoir chaque bouteille de bière d’un code-barres unique, permettant aux inspecteurs de tracer la provenance de la bière.


L’enquête a été ouverte suite à une inspection dans le café BarShala en 2016, au cours de laquelle douze bouteilles ont été découvertes, qui selon les données du code-barres devaient encore se trouver dans l’entrepôt de SAB Miller. Lors d’une deuxième inspection quelques mois plus tard d’autres bouteilles avec le même code-barres ont été découvertes.


Interdiction durant trois ans

Verdict : durant trois ans AB InBev ne pourra plus vendre ses bières à New Delhi. De son côté le géant brassicole dit n’avoir rien à se reprocher  et annonce qu’il ira en appel de cette décision. « L’intégrité et l’éthique font partie de nos valeurs fondamentales. Nous attendons avec impatience de pouvoir donner notre vision en collaboration avec les instances officielles », déclare un porte-parole d’AB InBev.


L’impact de cette interdiction est énorme : en Inde AB InBev est le numéro deux, avec une part de marché de 17,5%. Le groupe y propose tant ses marques internationales que des bières locales. La bière connaît un succès grandissant en Inde : pour les bières premium importées en particulier, New Delhi constitue un marché important.