Des lasagnes Picard contenant de la viande de cheval en Belgique ?

Des lasagnes Picard contenant de la viande de cheval en Belgique ?

Le scandale européen concernant la vente de plats préparés contenant de la viande de cheval supposée être de la viande de bœuf touche à présent la Belgique : la chaîne française de surgelés Picard, commercialisant également ses produits en Belgique, vient de détecter de la viande cheval dans ses lasagnes de bœuf. Une série de produits ont été retirés préventivement des rayons dans les quatre points de vente bruxellois de l’enseigne.

Rien à signaler en Belgique (pour l’instant)

Pour l’instant aucun indice suspect n’a été constaté dans les points de vente belges, souligne Picard, mais en France par contre certaines lasagnes frauduleuses ont été repérées. Ces lasagnes proviennent de la société française Comigel, qui semble jouer un rôle important dans cette affaire.


Outre Picard, les hypermarchés Cora ont également retiré de la vente des repas surgelés dans leurs magasins belges, car il semble que certains producteurs auraient transformé de la viande provenant d’un fournisseur suspect.


Le SPF Economie indique que « la Belgique n’est certainement pas impliquée dans toute cette affaire », pour la bonne et simple raison « qu’il n’y a pas actuellement en Belgique de production de ces plats préparés. »


« Méfiance pour la viande trop bon marché »  

Les ministres européens de la Santé publique et de l’Agriculture réitèrent leur plaidoyer pour une meilleure traçabilité et un contrôle plus strict tout au long de la chaîne de production. On conseille également au secteur de se méfier d’offres trop bon marché qui généralement cachent quelque chose.


Toutes les grandes chaînes françaises, ayant Comigel comme fournisseur, ont également procédé au retrait de repas surgelés de leurs marques maison. L’Allemagne est elle aussi concernée : le service d’inspection alimentaire allemand a découvert  en Rhénanie-du-Nord -Westphalie des lasagnes de bœuf contenant de la viande de cheval fabriquées par Comigel.


De son côté le premier ministre roumain se dit outré des accusations formulées à  l’encontre de deux abattoirs roumains qui seraient à l’origine du mal. Selon lui les contrôles roumains sont suffisamment sévères pour éviter une telle escroquerie . Il ajoute toutefois que « si ces insinuations  s’avèrent exactes, ce serait un véritable drame, car la crédibilité roumaine serait alors sérieusement compromise pour les années à venir. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: