Les emballages de plus grande taille pas toujours moins chers

Les emballages de plus grande taille pas toujours moins chers

Pour de nombreux produits en supermarché, les emballages de plus grande taille par kilo ou parfois par litre sont censés être moins chers que les petits, mais dans certains cas, c’est tout le contraire.  Tout dépend de l’emballage standard.

Différents points de départ

En moyenne, il est plus avantageux d’acheter en plus grande quantité au supermarché, mais lorsqu’un certain emballage ne se vend pas de façon régulière, la règle inverse s’applique et il est dès lors plus avantageux d’acheter un emballage de plus petite taille.  Par contre, Delhaize affirme appliquer la règle standard qui dit que le plus grand emballage est généralement toujours le moins cher : « Notre point de départ est le suivant : les grandes quantités doivent toujours être relativement moins chères, du moins, si elles se trouvent dans un emballage identique.  Si ce n’est pas le cas, d’autres influences peuvent avoir un impact », précise le porte-parole Roel Dekelver au journal GVA.


De son côté, Colruyt tient compte des emballages qui sont les plus vendus.  « Il est vrai que l’emballage standard – et cela peut donc être une briquette de plus petite taille – est produit en quantité supérieure », précise Silja Decock en expliquant les différences de prix.  « Toute la chaîne est donc orientée vers cela, ce qui permet de réduire les coûts.  Cet emballage standard bénéficie également d’une plus grande popularité auprès des clients, ce qui accroît la concurrence.  Il est dès lors possible que l’emballage standard soit relativement moins cher que l’emballage plus grand. »


Cette explication est appuyée par Jorg Snoeck de RetailDetail qui conseille dès lors de toujours bien vérifier le prix au litre ou au kilo.  Les producteurs s’amusent à rendre ces données toujours plus difficiles à comparer en proposant des emballages toujours différents.

 
Comparer

 « Dans le temps, le consommateur était au courant de rien.  Aujourd’hui, il possède toutes les armes pour comparer les prix », précise Snoeck.  « Les producteurs en sont conscients et les supermarchés aussi, et c’est pour cette raison qu’ils s’amusent consciemment à jouer le jeu des emballages.  On veut ainsi éviter que le consommateur puisse comparer.  Plus il y a d’emballages et de quantités, plus il est difficile pour le consommateur de savoir ce qui est le plus avantageux. »


 Il est également frappant de constater que les emballages en plastique soient généralement plus chers que les autres emballages, alors que le plastique coûte moins cher au producteur.  « Le monde de l’entreprise fait beaucoup d’efforts pour diminuer l’impact environnemental des produits tout au long de leur cycle de vie.  Je n’exclue donc pas cette possibilité que les producteurs augmentent consciemment le prix du plastique lorsqu’ils lancent une autre variante », explique Fatima Boudjaoui de Fost Plus.