L’enseigne britannique Iceland bannit le plastique

L’enseigne britannique Iceland bannit le plastique

L’enseigne britannique Iceland bannit le plastique
Foto: Cristina Nixau / Shutterstock.com

L’enseigne de surgelés britannique Iceland est la première chaîne à supprimer tous les emballages plastiques de ses produits sous marques propres. D’ici 2023 tous seront emballés dans des matières plus durables, comme le carton ou le papier.

 « Il n’y a plus d’excuses »

Iceland, qui au Royaume-Uni compte plus de 900 points de vente,  dit être la première enseigne au monde à s’engager à bannir tous les emballages plastiques de ses produits sous marques propres (1400 produits au total). Ceux-ci seront remplacés par des emballage en papier ou à base de pulpe de bois. Plus de 250 fournisseurs seront contraints d’adapter leurs emballages.


Récemment Iceland a mené une enquête afin de savoir ce que pensaient les consommateurs de son idée de supprimer les emballages plastiques. 80% des 5.000 répondants se sont montrés favorables à cette initiative et 68% estiment même que d’autres supermarchés devraient suivre cet exemple. Vu les résultats positifs de ce sondage l’enseigne britannique a décidé de poursuivre son projet. « Il n’y plus d’excuses pour les emballages superflus, qui entraînent inutilement des déchets et nuisent à notre environnement », souligne le directeur général Richard Walker. L’enseigne admet qu’elle ne peut obliger les fabricants de marques à abandonner le plastique, mais elle les encouragera néanmoins à adapter leurs emballages.


Iceland se donne cinq ans pour bannir entièrement le plastique. D’ici peu les barquettes en plastique d’un premier assortiment de repas prêts à consommer seront remplacées par des barquettes en pulpe de bois. Walker promet non seulement de n’utiliser que des emballages recyclables, mais s’engage également à ce qu’ils soient effectivement recyclés. Il plaide également pour l’instauration d’une consigne sur les bouteilles en plastique. Selon Walker, c’est aux retailers, qui figurent parmi les principaux responsables des déchets et de la pollution plastique, de se lever et de changer les choses : « Le monde est confronté au fléau du plastique. Chaque minute des cargaisons de plastique aboutissent dans les océans. Cela nuit énormément au milieu marin et finalement à l’humanité, étant donné que notre survie à tous dépend des océans. »


Le Royaume-Uni bannit les déchets plastiques

Ces derniers temps la pollution plastique dans le retail est un sujet brûlant au Royaume-Uni. Récemment un groupe de personnalités marquantes du retail, dont des ex-directeurs de Tesco, Marks & Spencer, Asda et de la chaîne de grands magasins Debenhams, ont appelé les retailers à renoncer aux emballages plastiques jetables. « Ces dernières décennies les retailers britanniques se sont principalement focalisés sur le recyclage, afin de réduire l’impact environnemental des déchets plastiques qu’ils produisent. Mais il nous faut admettre que cela ne suffit pas – en recyclant le plastique nous ne faisons que recycler le problème. C’est pourquoi il est essentiel que les retailers et les fabricants d’emballages collaborent afin de supprimer les emballages jetables. »


La réduction des déchets plastiques est également un point important du plan environnemental annoncé dernièrement par la première ministre britannique Theresa May. Elle considère les déchets plastiques comme l’un des plus grands fléaux de notre époque et s’engage à bannir tous les déchets plastiques évitables d’ici 2042. En attendant May appelle les supermarchés à introduire des rayons sans plastique et à envisager un supplément de prix pour les emballages plastiques jetables. Elle compte également instaurer une taxe sur les barquettes en plastique à emporter et obliger les petits magasins à rendre les sachets en plastique payants.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

bpost étoffe son réseau de points d’enlèvement

20/02/2018

(publireportage) Le confort joue un rôle de plus en plus essentiel lors des achats effectués en ligne et le consommateur d'aujourd'hui sait exactement ce qu'il veut : déterminer lui-même où et quand sa commande lui sera livrée. bpost poursuit dès lors l'extension de son réseau de points d’enlèvement.

Voici les nominés pour le ‘bpost Omnichannel Award 2018’

20/02/2018

Le jury a fait son choix parmi la long list de candidats : JBC, Sissy-Boy et ZEB concourront pour le ‘bpost Omnichannel Award 2018’, qui sera décerné le 1er mars. A vos votes !

La Jupiler disparaît des rayons durant quelques mois

20/02/2018

AB InBev lance un coup de pub étonnant : sa marque phare Jupiler disparaîtra des rayons durant quelques mois. Afin de ‘soutenir’ les Diables Rouges lors de la Coupe du Monde (ou pour en tirer profit) la marque s’appellera temporairement ‘Belgium’.

Colruyt participe au service de courses de PostNL

20/02/2018

Aux Pays-Bas le nouveau service Stockon, en collaboration avec PostNL, livrera désormais les courses à domicile toutes les deux semaines. A noter que les marques maison portent le label Boni, la marque propre de la chaîne de supermarchés belge Colruyt.

Carrefour : choisissez vous-même le prix du lait ‘équitable’

19/02/2018

A l’exemple de la France, Carrefour lance le lait « La marque du consommateur », une nouvelle marque dont le prix est fixé par les consommateurs eux-mêmes. Le lait coûtera 1,05 €, afin que les agriculteurs obtiennent une marge plus importante.

La ministre De Block souhaite des codes santé sur les emballages

19/02/2018

La ministre de la Santé Maggie De Block examine s’il est possible d’apposer des étiquettes simples sur les emballages de produits alimentaires pour que les consommateurs puissent vérifier en un seul coup d’œil si un produit est mauvais pour la santé.

Back to top