IJsboerke veut dynamiser sa marque

IJsboerke veut dynamiser sa marque

Depuis sa relance, IJsboerke nourrit de grandes ambitions. Le glacier souhaite notamment augmenter sa part de marché en Belgique de 21% à 25%. « Pour ce faire nous voulons davantage faire vivre la marque », explique le patron Peter Janssen.

Deux marques complémentaires

IJsboerke a été repris il y a un an par la société Glacio de Beerse, active dans le même secteur. « Nous étions très complémentaires, tant au niveau de la gamme de produits qu’au niveau des marchés. Alors qu’IJsboerke est actif surtout en Belgique, mais également aux Pays-Bas, Glacio est principalement orienté vers l’exportation, avec l’accent sur l’Asie. Et tandis que IJsboerke s’adresse avant tout au segment moyen, Glacio vise une position haut de gamme. Par ailleurs les ventes d’IJsboerke atteignent leur sommet en été et celles de Glacio en hiver », explique Janssen.


Le principal marché de Glacio est le Japon, où l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 6 à 7 millions d’euros l’an dernier. Mais la marque est également appréciée ailleurs en Asie. Ainsi le premier Glacio-shop a ouvert ses portes à Hong Kong et d’autres suivront, indique Janssen : « Notre objectif dans les années à venir est d’ouvrir des dizaines de shops en Asie. » Glacio compte réaliser ce projet via une master franchise, par laquelle une entreprise partenaire assure la franchise pour l’ensemble d’un pays.


Augmenter le chiffre d’affaires de 20%

Alors qu’en 2013 Glacio-IJsboerke affichait un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros, le tandem vise les 90 millions d’euros en 2014. En termes de volume cela équivaut à une augmentation de 30 millions de litres de glace à 40 millions de litres.


Aujourd’hui IJsboerke, fondé il y a près de 80 ans, distribue ses produits uniquement via le retail et l’horeca. En revanche la division de livraison à domicile avec ses célèbres petites camionnettes a été vendue. Janssen : « Actuellement les femmes ne sont plus à la maison en journée et de plus il y a des supermarchés partout. »


La marque de crème glacée est disponible dans 98% des supermarchés, ainsi que dans 4.500 établissements horeca. Afin de stimuler ces canaux de vente, la marque mise sur l’innovation et les partenariats, comme l’explique Janssen : « Aujourd’hui on ne peut plus se permettre d’être seul, il faut conclure des alliances. »


Ainsi l’entreprise fabrique des cornets de glace roses à l’effigie de K3, ainsi que des produits inspirés d’autres personnages de Studio 100 (Bumba, Maya l’abeille, Kabouter Plop, Piet Piraat, Wicky De Viking et Dobus) et de la VRT (Kaatje). Et  d’ici peu  les consommateurs trouveront dans les rayons des supermarchés des emballages en plus petites portions : quatre barquettes de 200 ml au lieu d’une boîte d’un litre ou de 2,5 litres.


Davantage d’attention pour les réseaux sociaux et les actions

« Nous devons davantage faire vivre la marque », estime Janssen. C’est pourquoi l’entreprise envisage d’organiser des actions dans le retail autour du thème du cyclisme. Après plusieurs années d’absence, IJsboerke réapparaît dans le milieu du cyclisme, en tant que co-sponsor de l’équipe professionnelle Lotto-Belisol.


Par ailleurs le glacier souhaite créer le ‘buzz’ via les réseaux sociaux et internet. Ainsi l’entreprise a développé un nouveau site web, a renforcé sa présence sur  Facebook - le nombre de ‘likes’ y est passé de 4.300 à 5.000 – et a créé  récemment un compte Twitter.


Cette nouvelle dynamique se reflète également à travers le nouveau logo. Le ‘ijsboerke’ qui autrefois se promenait dans un paysage de montagnes enneigées a été remplacé par un ‘ijsboerke’ au travail.


Le délai de mise sur le marché n’a jamais été aussi court

Afin de répondre aux tendances du marché, Glacio-IJsboerke dispose de 27 lignes de production. « Celles-ci nous permettent d’avoir une grande flexibilité si nécessaire. Le délai de mise sur le marché n’a jamais été aussi court qu’aujourd’hui. »


La ligne de production  la plus récente  a été développée en gestion propre. « Cela nous a permis de travailler vite et de réduire les coûts. » Un achat externe aurait coûté 6 millions d’euros, alors que l’entreprise a pu développer la ligne de production pour 1 million d’euros. Cette nouvelle ligne de production est destinée à honorer un contrat de 200 millions de pralines glacées par an.


Pour l’instant le duo Glacio-IJsboerke compte 425 collaborateurs, mais ce nombre devrait passer à 500.  La crème glacée d’IJsboerke est fabriquée à base de crème, chez Glacio la production comprend du beurre.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


« Le shopping doit être débarrassé des moments dénués de valeur »

20/03/2017

Les retailers d’aujourd’hui se trouvent devant un choix très simple : soit ils accélèrent l’expérience  en magasin, soit ils la ralentissent, affirme Cate Trotter d'Insider Trends, qui sera l'une des oratrices au RetailDetail Congress du 27 avril.

Carrefour Belgique intensifie ses efforts en matière de durabilité

10/06/2016

Produits plus sains, respect de l’environnement et ancrage local sont les trois piliers de la politique de Carrefour Belgique en matière de durabilité. Le retailer invite ses fournisseurs à participer à un concours anti-gaspillage.

L'Europe supprime les obstacles pour les achats transfrontaliers

06/06/2016

La Commission européenne a élaboré certaines mesures, afin de faciliter les achats des consommateurs sur des webshops étrangers. La Commission souhaite notamment s'attaquer au problème du blocage géographique.

C’est ainsi que Coca-Cola intègre le smartphone

11/04/2016

Le smartphone devient un partenaire indispensable lorsqu’on fait des achats, estime Coca-Cola : la marque de soda y répond par une multitude d’initiatives, dont une toute nouvelle application.

Les marques premiers prix perdent le combat contre le hard discount

24/03/2016

L’introduction des marques premiers prix est une mauvaise stratégie dans la lutte contre le hard discount, estime IPLC (International Private Label Consult). Leur qualité inférieure nuit à l’image des supermarchés et les marges diminuent.

Frans Muller : « En tant que retailer, il faut faire des choix »

23/03/2016

Dans les années à venir le CEO de Delhaize Frans Muller aura pour mission de mener à bien l’intégration entre Ahold et Delhaize. En quoi cela consistera-t-il ? Lors du prochain RetailDetail Congress il nous exposera sa vision des choses.

Back to top