Le Conseil d’Etat rejette le plan d’affectation du projet Neo au Heysel

Le Conseil d’Etat rejette le plan d’affectation du projet Neo au Heysel

Un riverain, un boucher et un opticien ont porté un coup dur au projet Neo au Heysel. Le Conseil d’Etat a suivi leurs arguments et a annulé partiellement le plan d’affectation.

Incidences sur la mobilité et l’environnement insuffisamment examinées

Alors que le gouvernement flamand vient tout juste de donner son feu vert à , de gros nuages gris s’amoncellent à nouveau au-dessus de Neo, un projet rival qui dev(r)ait voir le jour une dizaine de kilomètres plus loin, sur le plateau du Heysel.


Le Conseil d’Etat émet de sérieuses réserves concernant l’étude des incidences sur l’environnement du projet Neo, rebaptisé ‘Europea’. Le projet comprend un centre commercial de 72.000 m² (le ‘Mall of Europepar Unibail-Rodamco), un centre de congrès international d’au moins 3.500 places, une salle de spectacle de 15.000 places et plusieurs centaines de logements.


« Ainsi, d’autres alternatives raisonnables pour le site du Heysel n’ont pas été examinées », précise le Conseil d’Etat dans un communiqué. « L’évolution des aspects environnementaux si le site du Heysel n’avait pas reçu une nouvelle affectation n’a pas non plus été vérifiée. La suppression de l’obligation prévue antérieurement d’introduire une demande de permis globale pour l’ensemble du site du Heysel ne semble pas non plus avoir fait l’objet d’une étude d’incidences sur l’environnement. » Par ailleurs les plans n’ont pas apporté de solutions à la problématique de la mobilité.


Bruxelles doit refaire ses devoirs

La semaine dernière encore Philippe Close (PS), échevin du Tourisme et des Finances de la Ville de Bruxelles et président de Brussels Expo, avait laissé entendre qu’il espérait pouvoir poser la première pierre du centre commercial début 2018. Une date qui semble à présent irréalisable, maintenant que la Région bruxelloise doit refaire ses devoirs, puisque le permis d’urbanisme ne peut pour l’instant être délivré suite à l’annulation.


Pourtant malgré ce contretemps, Close reste optimiste : « Début 2016 le ministre-président Vervoort (PS) présentera une proposition adaptée », affirme-t-il. « Il s’agit d’un problème de motivation, qui ne compromet pas notre projet. Plusieurs procédures d’appel étant encore en cours dans ce dossier, nous nous attendions à cela. »


Les petits commerçants satisfaits

L’organisation des entrepreneurs indépendants Unizo demande à la ville de Bruxelles et à la Région bruxelloise de prendre en compte l’avis du Conseil d’Etat et d’apporter les adaptations nécessaires au projet. « C’est une sérieuse erreur de penser que plus de 70.000 m² de commerces en périphérie vont renforcer la Région bruxelloise. La Région et la Ville feraient mieux d’investir dans les noyaux commerciaux existants », plaide Karel Van Eetvelt, directeur général de l’Unizo. L’organisation des indépendants fait référence en particulier à la zone piétonne au cœur de Bruxelles : « L’avenir du commerce bruxellois se situe plutôt là qu’autour de l’Atomium. »


Le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) se dit lui aussi satisfait de l’annulation partielle. « Alors que bon nombre d’autres pays et villes cherchent à se débarrasser de tels monstres commerciaux mégalomanes, à Bruxelles par contre trois projets de ce type sont en préparation : Neo, Docks et Uplace. Ces trois projets de centres commerciaux se situent tous à moins de 10 km l'un de l’autre », souligne la présidente du SNI, Christine Mattheeuws.


« C’est comme si le gouvernement bruxellois et flamand s’étaient mis d’accord pour asséner un sérieux coup au commerce de détail à Bruxelles et dans la périphérie flamande. » Selon une enquête du SNI, trois quarts des indépendants du Brabant flamand et de Bruxelles seraient opposés aux projets Uplace, Neo et Docks.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Changement de nom en perspective pour le futur shopping center de Verviers

16/11/2017

Le groupe City Mall, qui depuis peu détient le projet Au fil de l’eau à Verviers, cherche un nouveau nom pour le centre commercial. Le nom actuel ne correspond pas entièrement à la réalité et a été entaché par des années de querelles autour du projet.

Mitiska Reim acquiert son premier retail park français

06/11/2017

La société immobilière belge Mitiska Reim fait son entrée en France avec l’acquisition d’un retail park près de Caen. Cette année l’entreprise avait déjà racheté des parcs commerciaux en Allemagne, en Roumanie et en Espagne.

Hausse de fréquentation dans les centres commerciaux belges

18/10/2017

Au 3ème trimestre 2017 les centres commerciaux affiliés au Belgian Luxembourg Council of Retail and Shopping Centers (BLSC) ont attiré davantage de visiteurs par rapport à la même période en 2016. Il s’agit de la première hausse en plus de deux ans.

Offre de rachat d’un demi-milliard d’euros pour le Woluwe Shopping Center

17/10/2017

La société immobilière néerlandaise Eurocommercial Properties est prête à débourser 468 millions d’euros pour la reprise du Woluwe Shopping Center. Un montant nettement supérieur aux 300 millions d’euros dont il était question il y a quelque temps.

Le projet Strada à La Louvière ressuscite

10/10/2017

Le projet Strada à La Louvière, qui semblait mort et enterré, devrait finalement voir le jour. Le promoteur immobilier Wilhelm & Co a déjà démarré la vente des 90 premiers appartements qui font partie du projet.

Le centre commercial Rive Gauche connaît un grand succès

25/09/2017

Rive Gauche, le nouveau centre commercial situé à Charleroi, connaît un beau succès.  Au cours des 6 premiers mois de son existence, il a accueilli 4 millions de visiteurs, ce qui en fait le centre commercial le plus visité en Wallonie.

Back to top