Le "Mall of Europe", attraction phare du projet Neo

Le "Mall of Europe", attraction phare du projet Neo

Si tout se déroule comme prévu, Unibail-Rodamco ouvrira en 2021 le ‘Mall of Europe’ sur le plateau du Heysel à Bruxelles.  Ce complexe sera le pôle d’attraction du projet Neo, rebaptisé ‘Europea’.

Un paradis du shopping de 81.000 m²

Un jour à peine après l’annonce de l’attribution de la construction du projet bruxellois Neo  à Unibail-Rodamco, en collaboration avec Besix et CFE, les plans ont été présentés vendredi dernier.  Le promoteur immobilier franco-néerlandais investira près de 800 millions d’euros dans un « complexe de shopping et de loisirs de classe mondiale », situé sur le plateau du Heysel à Bruxelles (appelé désormais quartier Europea), a déclaré Christophe Cuvillier, le CEO né à Bruxelles.


Le ‘Mall of Europe’ « répondra aux plus hautes exigences en matière de prestations de services, d’animation et d’innovation numérique », précise le dirigeant d’Unibail-Rodamco.  « Dans ce projet, nous conjuguons nos connaissances pour donner forme à l’une des destinations de shopping les plus attrayantes d’Europe. »  Le complexe, en partie sous-terrain, s’étendra sur une superficie de 81.000 m² et abritera près de 200 boutiques et 30 restaurants.


Le promoteur immobilier affirme pouvoir attirer certains acteurs internationaux de premier plan dans notre pays.  « Les vitrines de sept mètres de haut offriront le cadre idéal pour des flagship stores de marques de renom.  Les magasins de proximité renforceront l’ancrage local et notre label à quatre étoiles garantira  une qualité et des services irréprochables : propreté et sécurité maximales, services de portier, crèche, personal shopper, espaces de repos multi-sensoriels, kiosque d’information, hotspots, etc. »


Pour l’aménagement intérieur et la conception du mobilier, le célèbre architecte français Jean-Paul Viguier a fait appel entre autres, à Conran&Partners.  Le bureau de Terence Conran, fondateur d’Habitat, se chargera des zones lifestyle à l’intérieur et à l’extérieur du complexe.

 
Divertissement pour toute la famille

De plus, le Mall of Europe pourra accueillir 30 restaurants, qui seront agencés selon le nouveau concept ‘Dining Experience’, développé récemment par  Unibail-Rodamco.  Les établissements, comprenant des terrasses extérieures avec vue sur l’Atomium, seront disposés autour d’une grande cour intérieure.  Cet endroit sera « un lieu de rencontres, où les gens viennent non seulement manger et boire ensemble, mais également se détendre », indique Cuvillier.


Quant à l’offre de loisirs, le tout nouveau complexe de cinéma Kinepolis, entièrement numérisé avec 21 salles et 4.000 places et le premier Spirouland indoor devraient attirer une foule importante.  Ce parc familial couvert créé autour des personnages de Spirou, Fantasio, Marsupilami et d’autres héros de la maison de bande dessinée Dupuis sera exploité par la société française Compagnie des Alpes, déjà propriétaire de Walibi, Aqualibi et Bellewaerde en Belgique.


Par ailleurs, le projet prévoit également un mini-parc scientifique « La cité des Enfants » (un peu comparable à  Technopolis à Malines), un parc extérieur « Europville » (avec  « un parcours multi-sensoriel de découvertes ») et un centre de fitness et spa avec vue sur l’Atomium.


15 millions de visiteurs à partir de 2021 … au plus tôt

Le consortium d’Unibail-Rodamco, de la Région bruxelloise et de la ville de Bruxelles espère débuter les travaux en 2017.  L’objectif est de fêter l’ouverture du Mall of Europe en 2021.  Unibail-Rodamco table sur près de 15 millions de visiteurs par an et prévoit la création de 3.000 emplois directs grâce à ce projet.


Reste à voir si le timing sera respecté, car l’Unizo est radicalement opposé à ce « centre mégalomane sur un îlot isolé, à l’écart de la ville » ; un complexe commercial qui est « non seulement superflu, mais qui menace également l’entreprenariat et la viabilité dans le centre-ville de Bruxelles ».


Depuis longtemps déjà, l’association des entrepreneurs indépendants s’élève contre l’arrivée de ce complexe : « Le Pentagone (bruxellois) a tout pour devenir un ‘centre de shopping’ (inter)national et touristique.  Le centre commercial Neo videra le centre-ville et anéantira tous les efforts fournis par les associations de commerçants et d’entrepreneurs pour amener davantage de diversité dans le centre-ville », déplore Unizo.

 

 

Traduction : Laure Jacobs

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Offre de rachat d’un demi-milliard d’euros pour le Woluwe Shopping Center

17/10/2017

La société immobilière néerlandaise Eurocommercial Properties est prête à débourser 468 millions d’euros pour la reprise du Woluwe Shopping Center. Un montant nettement supérieur aux 300 millions d’euros dont il était question il y a quelque temps.

Le projet Strada à La Louvière ressuscite

10/10/2017

Le projet Strada à La Louvière, qui semblait mort et enterré, devrait finalement voir le jour. Le promoteur immobilier Wilhelm & Co a déjà démarré la vente des 90 premiers appartements qui font partie du projet.

Le centre commercial Rive Gauche connaît un grand succès

25/09/2017

Rive Gauche, le nouveau centre commercial situé à Charleroi, connaît un beau succès.  Au cours des 6 premiers mois de son existence, il a accueilli 4 millions de visiteurs, ce qui en fait le centre commercial le plus visité en Wallonie.

The Mint déjà loué à 97%

20/09/2017

Après des travaux de rénovation qui auront duré deux ans, le centre commercial Monnaie au cœur de Bruxelles rouvrira ses portes d’ici peu sous le nom The Mint.

Mitiska acquiert un deuxième retail park allemand

19/09/2017

A peine deux semaines après sa première acquisition allemande, la société immobilière bruxelloise Mitiska REIM rachète à présent le Häuersteig Retail Park à Freiberg près de Dresde, et ce en collaboration avec le groupe immobilier ZREV de Frankfort.

La vente du Woluwe Shopping doit être finalisée cette année

13/09/2017

La vente du Woluwe Shopping devra être entièrement finalisée avant la fin de l’année.  AG Real Estate détient 60% des actions qu’elle souhaite revendre pour un montant de 400 millions d’euros, mais cela semble être une tâche très compliquée.

Back to top