Filet Pur – Du riz surfait

Filet Pur – Du riz surfait
Shutterstock

Etes-vous exploités, ou plutôt extorqués? Nuance. La semaine dernière Colruyt a dominé l’actualité food, tandis que certains grands fabricants de marques ont déçus. RetailDetail Food vous résume l’info food de la semaine.

Vers le haut, vers le bas

Y aura-t-il  quelqu’inquiétude concernant le test qu’effectue Colruyt avec des étiquettes électroniques ? Désormais le discounter est en mesure d’adapter ses prix encore plus vite et encore plus souvent et ce sans même que le personnel ait à utiliser la fameuse imprimante rouge. Pourvu que cela n’augmente pas la pression sur les prix, s’inquiètent certains fabricants. Toutefois ils oublient que l’adaptation des prix peut se faire dans les deux sens : vers le bas, mais aussi vers le haut. En tant que suiveur de prix Colruyt s’aligne sur les prix de la concurrence dans un sens ou dans l’autre. L’art du retail consiste notamment à vendre ses produits à un prix aussi bas que nécessaire, mais aussi haut que possible. Un art que maîtrise parfaitement Colruyt.


Chez les collègues d’OKay ils préparent ‘dans le plus grand secret’ un nouveau format de magasin qui sera plus grand qu’un OKay traditionnel, mais plus petit qu’un Colruyt. Une genre d’Okay Maxi, comme pendant du petit Okay Compact. Et tout cela parce que le magasin OKay d’Opwijk est devenu trop exigu. Alors pourquoi ne pas le remplacer d’emblée par un Colruyt ? Tout simplement parce que dans les environs immédiats (Lebbeke et Asse) il y a déjà deux magasins Colruyt, et trop c’est trop. Ce qui n’empêche pas Jef Colruyt de poursuivre ses projets d’expansion dans tout le pays. Chaque année il se voit poser la même question concernant le potentiel de croissance restant et chaque année il annonce l'ouverture de dizaines de magasins supplémentaires. Où cela finira-t-il ?


Une occasion manquée

Quant aux exploitants des supermarchés Spar, ils sont fiers de leur métier, comme ils nous le font comprendre quotidiennement à la radio. Des spots publicitaires sympathiques, sauf que ce ne sont pas les vrais exploitants Spar qui nous parlent, mais des acteurs. N’est-ce pas une occasion manquée ? Colruyt Group a pourtant l’habitude de lancer des spots radio avec de vrais clients et de vrais employés. Spar estime donc que ses entrepreneurs sont bons assez que pour poser dans les publicités de journaux, mais hésite à leur donner la parole à la radio. Pourtant certains sont des plus volubiles, comme nous avons pu le constater.


Mais assez parlé de Colruyt. Nous ne voulons pas frustrer les autres collègues-retailers, surtout lorsqu’ils publient d’excellents résultats, comme Carrefour cette semaine. En France le distributeur est à nouveau sur la bonne voie et en Belgique la situation est stable ; une belle performance, compte tenu de la menace terroriste et des troubles sociaux de ces derniers mois.


Peut-être ces bons résultats de Carrefour sont-ils en partie attribuables au succès de Sushi Daily ? Il paraît en effet qu’un kiosque à sushis peut générer jusqu’à un million d’euros de chiffre d’affaires par an. Les Japonais ont beau s’horrifier devant les fantaisies occidentales que se permettent les maîtres sushis de Sushi Daily (des sushis avec une croûte croustillante, avec des piments et même avec du poulet), les clients belges eux ne lésinent pas sur le prix pour se procurer ces délicatesses. Bien qu’à notre avis les sushis soit certainement le plat le plus surfait au monde. Finalement ce n’est qu’un peu de riz agrémenté, rien de plus, non ?


Exploité / extorqué

Il y a des certitudes dans l’univers food : certains fabricants se font exploiter et certains retailers se font extorquer. Lidl par exemple a été victime d’un maître-chanteur qui menaçait d’empoisonner les produits des magasins et qui du reste n’a pas encore été arrêté.


Metro Group pour sa part a vu son chiffre d’affaires reculer, mais la division food s’en sort mieux que la division ‘électronique’. Rappelons que ces deux divisions seront scindées d’ici peu. Et fait étonnant : pas de nouvelles de chez Ahold Delhaize cette semaine. Méfiants comme nous sommes, cela nous semble inquiétant. Ils complotent certainement quelque chose.


Par ailleurs quelques grands noms du secteur FMCG ont annoncé des résultats décevants. Le trimestre dernier Danone a subi une baisse de son chiffre d’affaires, en grande partie en raison de taxes plus élevées sur la nutrition infantile importée en Chine. Quant au géant Nestlé, il a abaissé sa prévision de vente pour 2016. Le CEO Paul Bulck invoque la guerre des prix en Europe et continue de privilégier la croissance des volumes. Et ce alors que la semaine dernière Unilever nous a montré qu’il était possible de croître en misant sur la hausse des prix. Intéressant.


Une copie originale 

Chez Coca-Cola ils ont décidé de réduire les coûts avant que Carlos Brito ne s’en charge. Suite au plan de restructuration européen, 26 postes belges seront supprimés. Et parlant de Brito : pour ceux qui pensaient qu’AB InBev avait assouvi sa faim après l’acquisition de SAB Miller, ils se trompent. Le plus grand brasseur au monde vient de racheter la marque de bière bio Ginette, victime de son propre succès.


Nous terminons notre résumé hebdomadaire par le grand prix de l’Originalité décerné par  RetailDetail Food. Il revient au néerlandais Jumbo, qui a ouvert un pop-up store dans un abribus à Utrecht. Une idée ingénieuse et bien exécutée : il s’agit d’un mur sur lequel les clients peuvent scanner des produits pour se les faire livrer à domicile. Tout comme l’avaient déjà fait Tesco et Delhaize, en effet. Donc pas si original que ça finalement ? A la semaine prochaine !