Faillite intentionnelle de Neckermann.com? | RetailDetail

Faillite intentionnelle de Neckermann.com?

Faillite intentionnelle de Neckermann.com?

Selon Bart Leybaert du syndicat BBTK, certains éléments indiqueraient que la direction de Neckermann aurait intentionnellement provoqué la faillite. L’annonce rapide de la relance dès le lendemain de la faillite lui semble ‘suspecte’.

« Une claque en pleine face »

« Premier élément frappant et une claque en pleine face pour le personnel : à peine un jour après que l’entreprise ait été déclarée en faillite par le tribunal de Breda, le nouveau site web était déjà online. Nous savons tous qu’il faut plus d’une journée pour développer un site web professionnel », explique Leybaert à BNR Nieuwsradio.


De plus le fait d’avoir à l’avance séparé les bons des mauvais crédits et le fait d’avoir transféré les bons clients vers une entreprise sœur constituent également des indications, selon le syndicaliste. Par ailleurs il estime curieux que les directeurs d’avant la faillite aient conservé leur fonction.


Leybaert défend les intérêts des employés belges de Neckermann licenciés suite à la faillite. Il demande au curateur de mener une enquête afin de vérifier s’il n’y a pas eu fraude.


Pre-pac

La direction de Neckermann pour sa part réfute toutes les accusations et ne voit aucune preuve d’une faillite intentionnelle. Le directeur Andreas Ezinga se défend avec force : « C’est une remarque scandaleuse, qui n’est nullement étayée par des faits. J’ai entendu la remarque hier et j’y ai réfléchi toute une journée. Cette situation est pénible pour toutes les personnes concernées. Une grande partie des emplois sont supprimés et je comprends dès lors leur tristesse, colère et irritation. »


Pour expliquer la rapidité de la relance, Ezinga parle de ‘pre-pac’, ce qui signifie  que l’on examine avant la faillite quelles sont les possibilités. « Donc en ce qui concerne le site web, nous ne l’avons pas mis au point en 24 heures. Toujours est-il que nous bénéficions d’une solide expérience en matière d’entreprises internet et que nous disposons donc en interne du know-how nécessaire pour développer rapidement un site web. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon livre des colis dans le coffre de la voiture

25/04/2018

Désormais le géant du e-commerce Amazon livre également des colis  dans le coffre de la voiture du client, et ce gratuitement. A noter que ce service est réservé aux membres Prime et qu’il n’est pour l’instant disponible qu’aux Etats-Unis.

La branche néerlandaise de Beate Uhse n’est pas en faillite

05/04/2018

Contrairement à ce que prétendait la rumeur, la branche néerlandaise du groupe allemand Beate Uhse, spécialiste des accessoires érotiques, n’est pas en faillite. L’entreprise poursuivra ses activités tant aux Pays-Bas qu’en Belgique.

Amazon souvent meilleur marché que les webshops  néerlandais

03/04/2018

Les produits en vente tant sur des webshops néerlandais que sur Amazon.de sont meilleur marché chez Amazon dans 50% des cas. Amazon.de représente déjà une forte concurrence, mais selon la rumeur le géant américain envisagerait d'intensifier ses activités en Belgique et aux Pays-Bas.

Coolblue livre bien réellement à vélo

03/04/2018

Coolblue lance son propre service de livraison.  Avec CoolblueFietst, le retailer en électronique va livrer ses colis à vélo, et c’est une première.  Ce n’est pourtant pas un poisson d’avril même si le retailer avait fait cette annonce  le 1er avril.

Amazon dans le collimateur de Trump

03/04/2018

Le président Donald Trump semble avoir trouvé un nouvel ennemi en l’entreprise Amazon.  Le géant du retail profiterait de U.S. Postal Service, le service postal américain, et Trump souhaiterait y mettre un terme en prenant les mesures nécessaires.

Amazon règne en maître sur l’e-commerce en France

29/03/2018

Avec un CA de 5,6 milliards d’euros et une part de marché de près de 19% Amazon est le leader incontesté du e-commerce en France. Selon Kantar Worldpanel, le marché online français dans son ensemble a généré 30 milliards d’euros en 2017.