Faillite intentionnelle de Neckermann.com?

Faillite intentionnelle de Neckermann.com?

Selon Bart Leybaert du syndicat BBTK, certains éléments indiqueraient que la direction de Neckermann aurait intentionnellement provoqué la faillite. L’annonce rapide de la relance dès le lendemain de la faillite lui semble ‘suspecte’.

« Une claque en pleine face »

« Premier élément frappant et une claque en pleine face pour le personnel : à peine un jour après que l’entreprise ait été déclarée en faillite par le tribunal de Breda, le nouveau site web était déjà online. Nous savons tous qu’il faut plus d’une journée pour développer un site web professionnel », explique Leybaert à BNR Nieuwsradio.


De plus le fait d’avoir à l’avance séparé les bons des mauvais crédits et le fait d’avoir transféré les bons clients vers une entreprise sœur constituent également des indications, selon le syndicaliste. Par ailleurs il estime curieux que les directeurs d’avant la faillite aient conservé leur fonction.


Leybaert défend les intérêts des employés belges de Neckermann licenciés suite à la faillite. Il demande au curateur de mener une enquête afin de vérifier s’il n’y a pas eu fraude.


Pre-pac

La direction de Neckermann pour sa part réfute toutes les accusations et ne voit aucune preuve d’une faillite intentionnelle. Le directeur Andreas Ezinga se défend avec force : « C’est une remarque scandaleuse, qui n’est nullement étayée par des faits. J’ai entendu la remarque hier et j’y ai réfléchi toute une journée. Cette situation est pénible pour toutes les personnes concernées. Une grande partie des emplois sont supprimés et je comprends dès lors leur tristesse, colère et irritation. »


Pour expliquer la rapidité de la relance, Ezinga parle de ‘pre-pac’, ce qui signifie  que l’on examine avant la faillite quelles sont les possibilités. « Donc en ce qui concerne le site web, nous ne l’avons pas mis au point en 24 heures. Toujours est-il que nous bénéficions d’une solide expérience en matière d’entreprises internet et que nous disposons donc en interne du know-how nécessaire pour développer rapidement un site web. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Whole Foods booste le chiffre d’affaires d’Amazon

27/10/2017

Au troisième trimestre le géant américain du e-commerce Amazon a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires, en partie grâce à Whole Foods, dont les ventes pour la première fois ont été reprises dans les résultats.

Coolblue lance une app belge

25/10/2017

Coolblue vient de lancer une app pour le marché belge, disponible en néerlandais et en français, mais pour l’instant uniquement sur iOS. Selon l’e-tailer hollandais, l’app est le moyen le plus rapide pour faire son shopping sur le webshop.

Plus de la moitié des foyers américains envoûtés par Amazon

21/10/2017

Sur une estimation de 126 millions de foyers aux EU, pas moins de 90 millions d’Américains sont membres d’Amazon Prime, le programme de fidélité d’Amazon.  Amazon domine donc le marché intérieur.  Quelles leçons l’Europe peut-elle en tirer ?

Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Back to top