Google oriente-t-il les internautes vers des achats en ligne plus chers ?

Google oriente-t-il les internautes vers des achats en ligne plus chers ?

Un article paru dans The Financial Times affirme que les e-acheteurs faisant leurs recherches via Google, se voient souvent dépenser davantage.  Le premier résultat de recherche proposé par le moteur de recherche serait en général un lien ou une annonce sponsorisés.  Toutefois tous les connaisseurs ne sont pas de cet avis.

Confusion chez les clients

Quiconque  a déjà acheté via internet sait qu’il est important de comparer.  Par contre, généralement les acheteurs en ligne ont moins tendance à rechercher le meilleur prix que lorsqu’ils font leurs courses dans des magasins physiques.  Sur internet, c’est très souvent le premier lien affiché qui l’emporte. Aussi certaines entreprises sont prêtes à payer cher pour apparaître dans le haut du classement des résultats de recherche grâce à un lien sponsorisé.


Ces liens payants sont reconnaissables à leur fond jaune, mais tous les internautes ne le savent pas ou alors ils n’y prêtent pas attention.  « Même les utilisateurs les plus expérimentés se trompent parfois », précise Henk van Ess, expert en Google, dans le journal De Morgen.  « Une enquête récente démontre que 40 % des utilisateurs ne voient pas la différence entre des annonces et des résultats de recherche. »


Cela ne signifie pas pour autant que Google soit en faute : le géant des moteurs de recherche a récemment fait des adaptations supplémentaires qui devraient permettre de pouvoir distinguer  encore mieux  les annonces.  De plus, certains analystes précisent que l’objectif de Google est de proposer les meilleurs résultats, pas (nécessairement) les moins chers.


Google garde le secret de son algorithme

On ne sait absolument pas pourquoi certaines annonces ou certains résultats de recherche se retrouvent en haut de la liste.  Pour le classement de ses résultats de recherche, Google utilise un algorithme complexe et secret.  « Si Google devait dévoiler son secret, les moteurs de recherche concurrents comme Bing, Yahoo, Ask et Baidu (Chine) pourraient facilement le copier et Google deviendrait ainsi en partie interchangeable avec ces autres moteurs de recherche », affirme Joris Roebben de Bakermen.


« Par contre, nous connaissons bien les facteurs qui ont une influence sur ce fameux algorithme, qui est la source du succès de Google et qui fait qu’aujourd’hui, aucune autre entreprise ne parvient à proposer d’aussi bons résultats de recherche à ses utilisateurs. »  Pour ce faire, Google tient compte de liens sur votre site, de la fiabilité et de la pertinence du contenu par rapport à la recherche.


Votre historique de recherche est également pris en compte, ce qui génère des résultats différents de personne à personne.  C’est cette combinaison de facteurs qui détermine si un lien se trouve en haut de la liste.  Personne ne sachant comment Google fonctionne exactement, il est très difficile de prouver que Google est coupable de mauvaises pratiques.

 
Le meilleur payeur pas toujours en tête du classement

« De nombreux facteurs déterminent pourquoi nous montrons certaines annonces plutôt que d’autres.  Le prix joue un rôle important, mais également la pertinence, les évaluations et le nombre de clics » précise l’entreprise elle-même dans The Financial Times.  Une affirmation confirmée par l’expert en médias sociaux Roebben : « Contrairement à ce qu’on a tendance à affirmer, l’entreprise avec le plus d’argent (lisez : celle qui  payera le plus pour obtenir votre clic) n’est pas nécessairement celle qui se retrouvera en haut de la liste des résultats de recherche payants ».


« Le score de qualité est un autre facteur qui entre en ligne de compte. Celui-ci dépend de la façon dont votre campagne est construite, de la façon dont les utilisateurs abordent vos annonces, s’ils cliquent dessus, etc.  L’ordre est déterminé par la combinaison du score de qualité et de l’offre que vous proposez en tant qu’entreprise. »


En définitive le consommateur doit adopter le même comportement que ce soit online ou offline, notamment en comparant les prix et faisant le tri dans les informations publicitaires : « Sur internet, une bonne dose de bon sens peut s’avérer très utile  », conclut Roebben.

 

 

Traduction : Laure Jacobs

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon Echo est également disponible au Benelux

11/12/2017

Amazon a annoncé que 28 nouveaux pays, dont la Belgique et les Pays-Bas, pourront désormais se faire livrer le haut-parleur intelligent Amazon Echo.   Le lancement de son propre service de streaming musical est également prévu dans ces pays.

Les fabricants de luxe peuvent interdire à leurs distributeurs de vendre sur Amazon

07/12/2017

Les marques de luxe ont le droit d’interdire à leurs distributeurs agréés de revendre leurs produits sur des plates-formes tierces, comme Amazon. C’est ce qu’a décidé la Cour de justice de l’UE suite à un procès intenté par Coty.

Coolblue ouvre un nouveau siège principal belge

01/12/2017

La rumeur qui circulait depuis un certain temps déjà a été confirmée officiellement : l’e-tailer néerlandais Coolbue ouvre un nouveau siège principal belge à Berchem (Anvers) dans le nouveau complexe de bureaux Post X.

Forte montée du mobile lors du Black Friday et Cyber Monday aux Etats-Unis

29/11/2017

Durant le weekend de Thanksgiving, comprenant le Black Friday et le Cyber Monday, les ventes par voie mobile ont connu une forte montée aux Etats-Unis. Néanmoins la part des ventes mobiles sur l’ensemble du chiffre d’affaires online reste limitée.

Alibaba dévoile son magasin high-tech du futur

24/11/2017

Les supermarchés entièrement automatisés d’Amazon Go n’ont pas encore ouvert leurs portes  qu’Alibaba riposte déjà : le géant chinois du e-commerce présente Tmall Supermart, un supermarché débordant de gadgets technologiques.

Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Back to top