Six candidats-repreneurs pour La Redoute | RetailDetail

Six candidats-repreneurs pour La Redoute

Six candidats-repreneurs pour La Redoute

Le géant du luxe français Kering (ex-PPR) a présélectionné six candidats pour le rachat de La Redoute, la dernière filiale de distribution dont le groupe souhaite se séparer. Le PDG François-Henri Pinault attend des offres concrètes d’ici le mois de septembre.

« Trois fonds d’investissement, trois industriels »

Sans mentionner l’identité des candidats ayant manifesté leur intérêt pour la reprise, François-Henri Pinault a précisé qu’il s’agissait de trois fonds d’investissement et trois industriels. Les six candidats auront jusqu’à la mi-juillet pour examiner les comptes de La Redoute et déposer une offre au plus tard au mois de septembre. Le PDG espère boucler la vente avant la fin de l’année.


Pourtant les résultats du vépéciste sont loin d’être brillants : suite à la crise et au mauvais temps La Redoute aurait essuyé une perte d’environ 25 millions d’euros durant le premier semestre.


Il y a deux mois à peine l’entreprise annonçait la fin de ses activités en Allemagne et en Autriche. La société de vente à distance française, fondée en 1928, n’ est plus en mesure d’y concurrencer les pure players tels que Zalando.


« Pas de reprise par un membre du secteur »

Lors d’une discussion avec les syndicats, François-Henri Pinault a précisé qu’il ne s’attendait pas à « un gros chèque », mais il a promis d’examiner personnellement le projet de reprise. Les syndicats ont insisté auprès du PDG pour qu’il privilégie un repreneur industriel ayant des activités complémentaires, plutôt qu’un concurrent actif dans le même secteur (du genre 3 Suisses par exemple). Dans ce dernier scénario les syndicats craignent que La Redoute soit englouti et disparaisse complètement.


Après la récente introduction en bourse de la Fnac, La Redoute est la dernière filiale de distribution que cherche à céder l’ex-PPR (Pinault-Printemps-La Redoute), récemment rebaptisé Kering. Précédemment le groupe, qui désormais souhaite se focaliser entièrement sur le luxe, le sport et le lifestyle, a déjà vendu la branche américaine et scandinave de Redcats et ses enseignes françaises pour enfants Vertbaudet et Cyrillus.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Microsoft aussi s’intéresse aux magasins sans caisse

14/06/2018

Microsoft travaille sur une technologie permettant d’éliminer les caisses et les files d’attente dans les magasins. Le géant américain de l’informatique se veut l’allié du secteur du retail afin de défier Amazon Go.

Amazon expulse les clients qui retournent trop de produits

24/05/2018

Amazon veut mettre un terme aux abus sur les retours : les clients qui renvoient trop d’articles ou se méconduisent sont bannis. Des dizaines d’utilisateurs se plaignent sur les réseaux sociaux de la suppression unilatérale de leur compte.

LVMH injecte des dizaines de millions dans le moteur de recherche de mode Lyst

24/05/2018

LVMH, le groupe de luxe français dirigé par Bernard Arnault, injecte des dizaines de millions de dollars dans Lyst. Grâce à ce capital, la plateforme de recherche dédiée à la mode de luxe entend accélérer son expansion mondiale.

Amazon livre des colis dans le coffre de la voiture

25/04/2018

Désormais le géant du e-commerce Amazon livre également des colis  dans le coffre de la voiture du client, et ce gratuitement. A noter que ce service est réservé aux membres Prime et qu’il n’est pour l’instant disponible qu’aux Etats-Unis.

La branche néerlandaise de Beate Uhse n’est pas en faillite

05/04/2018

Contrairement à ce que prétendait la rumeur, la branche néerlandaise du groupe allemand Beate Uhse, spécialiste des accessoires érotiques, n’est pas en faillite. L’entreprise poursuivra ses activités tant aux Pays-Bas qu’en Belgique.

Amazon souvent meilleur marché que les webshops  néerlandais

03/04/2018

Les produits en vente tant sur des webshops néerlandais que sur Amazon.de sont meilleur marché chez Amazon dans 50% des cas. Amazon.de représente déjà une forte concurrence, mais selon la rumeur le géant américain envisagerait d'intensifier ses activités en Belgique et aux Pays-Bas.