Six candidats-repreneurs pour La Redoute

Six candidats-repreneurs pour La Redoute

Le géant du luxe français Kering (ex-PPR) a présélectionné six candidats pour le rachat de La Redoute, la dernière filiale de distribution dont le groupe souhaite se séparer. Le PDG François-Henri Pinault attend des offres concrètes d’ici le mois de septembre.

« Trois fonds d’investissement, trois industriels »

Sans mentionner l’identité des candidats ayant manifesté leur intérêt pour la reprise, François-Henri Pinault a précisé qu’il s’agissait de trois fonds d’investissement et trois industriels. Les six candidats auront jusqu’à la mi-juillet pour examiner les comptes de La Redoute et déposer une offre au plus tard au mois de septembre. Le PDG espère boucler la vente avant la fin de l’année.


Pourtant les résultats du vépéciste sont loin d’être brillants : suite à la crise et au mauvais temps La Redoute aurait essuyé une perte d’environ 25 millions d’euros durant le premier semestre.


Il y a deux mois à peine l’entreprise annonçait la fin de ses activités en Allemagne et en Autriche. La société de vente à distance française, fondée en 1928, n’ est plus en mesure d’y concurrencer les pure players tels que Zalando.


« Pas de reprise par un membre du secteur »

Lors d’une discussion avec les syndicats, François-Henri Pinault a précisé qu’il ne s’attendait pas à « un gros chèque », mais il a promis d’examiner personnellement le projet de reprise. Les syndicats ont insisté auprès du PDG pour qu’il privilégie un repreneur industriel ayant des activités complémentaires, plutôt qu’un concurrent actif dans le même secteur (du genre 3 Suisses par exemple). Dans ce dernier scénario les syndicats craignent que La Redoute soit englouti et disparaisse complètement.


Après la récente introduction en bourse de la Fnac, La Redoute est la dernière filiale de distribution que cherche à céder l’ex-PPR (Pinault-Printemps-La Redoute), récemment rebaptisé Kering. Précédemment le groupe, qui désormais souhaite se focaliser entièrement sur le luxe, le sport et le lifestyle, a déjà vendu la branche américaine et scandinave de Redcats et ses enseignes françaises pour enfants Vertbaudet et Cyrillus.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Whole Foods booste le chiffre d’affaires d’Amazon

27/10/2017

Au troisième trimestre le géant américain du e-commerce Amazon a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires, en partie grâce à Whole Foods, dont les ventes pour la première fois ont été reprises dans les résultats.

Coolblue lance une app belge

25/10/2017

Coolblue vient de lancer une app pour le marché belge, disponible en néerlandais et en français, mais pour l’instant uniquement sur iOS. Selon l’e-tailer hollandais, l’app est le moyen le plus rapide pour faire son shopping sur le webshop.

Plus de la moitié des foyers américains envoûtés par Amazon

21/10/2017

Sur une estimation de 126 millions de foyers aux EU, pas moins de 90 millions d’Américains sont membres d’Amazon Prime, le programme de fidélité d’Amazon.  Amazon domine donc le marché intérieur.  Quelles leçons l’Europe peut-elle en tirer ?

Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Back to top