Zalando ferme ses webshops Emeza et Kiomi et entre en bourse

Zalando ferme ses webshops Emeza et Kiomi et entre en bourse

A peine neuf mois après leur lancement  Zalando ferme ses filiales online Emeza et Kiomi. Selon certains experts ce changement de cap confirmerait les rumeurs selon lesquelles Zalando envisagerait une entrée en bourse dans un avenir proche.

One-stop-webshop

En début d’année Zalando créait la surprise en ouvrant un nouveau webshop, Emeza.de, dédié aux marques de luxe telles que DKNY, Michael Kors ou encore Missoni, estimant que ces marques haut de gamme « détonneraient sur le site Zalando ».  L’e-commerçant visait ainsi le segment supérieur du marché.


Un mois plus tard Zalando lançait une autre filiale online, cette fois pour sa marque maison Kiomi, même si celle-ci risquait d’être noyée dans l’offre des marques grand public.


A peine neuf mois après leur lancement l’entreprise a décidé de fermer les deux webshops « dans un avenir proche ». Dès lors Kiomi sera en vente uniquement via la plateforme Zalando et les marques de luxe devront se contenter d’une rubrique ‘luxe’ sur le webshop de Zalando. En d’autres termes, Zalando revient à son concept de base, à savoir un seul webshop proposant l’ensemble de l’assortiment.

 

Entrée en bourse en perspective ?

Pourquoi ce changement de stratégie de Zalando ? La réponse n’est pas claire. Pour Emeza le manque d’intérêt de la part des grandes marques de luxe et des résultats de vente décevants pourraient expliquer la fermeture du webshop.


Toutefois ces fermetures seraient plutôt les signes avant-coureurs d’une possible entrée en bourse de l’entreprise : les candidats-investisseurs préfèrent un modèle d’affaires transparent. Quoi qu’il en soit les spéculations vont bon train, qui plus est depuis que le magazine allemand Wirtschaftswoche a eu accès à des documents évoquant cette entrée en bourse.


Selon ces documents, lors d’une introduction en bourse le management de Zalando bénéficierait de 1,4% des actions et les employés de 1%. Ces actions ont été ‘valorisées’ à environ 88 millions d’euros, ce qui porterait  la valeur totale de Zalando à plus de 3,67 milliards d’euros.  Pas si mal pour une entreprise qui n’a  fait aucun bénéfice depuis ses débuts. En 2013 Zalando atteindra probablement un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros, malgré une croissance ralentie.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon Echo est également disponible au Benelux

11/12/2017

Amazon a annoncé que 28 nouveaux pays, dont la Belgique et les Pays-Bas, pourront désormais se faire livrer le haut-parleur intelligent Amazon Echo.   Le lancement de son propre service de streaming musical est également prévu dans ces pays.

Les fabricants de luxe peuvent interdire à leurs distributeurs de vendre sur Amazon

07/12/2017

Les marques de luxe ont le droit d’interdire à leurs distributeurs agréés de revendre leurs produits sur des plates-formes tierces, comme Amazon. C’est ce qu’a décidé la Cour de justice de l’UE suite à un procès intenté par Coty.

Coolblue ouvre un nouveau siège principal belge

01/12/2017

La rumeur qui circulait depuis un certain temps déjà a été confirmée officiellement : l’e-tailer néerlandais Coolbue ouvre un nouveau siège principal belge à Berchem (Anvers) dans le nouveau complexe de bureaux Post X.

Forte montée du mobile lors du Black Friday et Cyber Monday aux Etats-Unis

29/11/2017

Durant le weekend de Thanksgiving, comprenant le Black Friday et le Cyber Monday, les ventes par voie mobile ont connu une forte montée aux Etats-Unis. Néanmoins la part des ventes mobiles sur l’ensemble du chiffre d’affaires online reste limitée.

Alibaba dévoile son magasin high-tech du futur

24/11/2017

Les supermarchés entièrement automatisés d’Amazon Go n’ont pas encore ouvert leurs portes  qu’Alibaba riposte déjà : le géant chinois du e-commerce présente Tmall Supermart, un supermarché débordant de gadgets technologiques.

Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Back to top