Filet Pur: Shame, shame, shame on you…

Un fake burger n’en vaut pas un autre, quant aux fake news Filet Pur les démasque en un tour de main. Oui, cette semaine votre rubrique favorite va crépiter et saigner comme une betterave rouge  sur un barbecue brûlant.


Comportement exemplaire

Bien que nous pensions ne plus avoir de vrai gouvernement, nous semblons toujours disposer d’une Ministre de la Santé. Elle se fait du souci concernant notre consommation d’alcool et appelle le secteur des boissons à modérer ses campagnes. En tant que libérale pur-sang elle estime qu’une interdiction totale va trop loin, beaucoup trop loin. Et elle a entièrement raison, cela va de soi : le Belge est parfaitement capable de boire raisonnablement, comme en témoigne le comportement exemplaire de l’éminent public du RetailDetail Congress, qui malgré les bulles à volonté a su se maîtriser.


D’ailleurs à propos de consommation excessive : quelle quantité de chocolat avez-vous achetée le mois dernier ? Vu la période de l’année, probablement trop. Enfin, mieux vaut ne pas savoir, n’est-ce pas ? Mais attention : cela va changer, grâce à notre grand philanthrope Jef Colruyt, qui se préoccupe de notre santé. Combien de kilos de biscuits avez-vous achetés, combien de sachets de chips et de bouteilles de vin : tout cela sera désormais irréfutablement stocké dans le cloud. Une statistique que vous et les membres de votre famille pourrez consulter à tout moment via votre compte Xtra. Après quoi vos proches vous chanteront en chœur ‘Shame, shame, shame on you’. Mouais, est-ce là une bonne initiative de la part du discounter, stratégiquement parlant ? L’avenir nous le dira. En tout cas moi j’envisage d’aller acheter mes petits plaisirs honteux chez Delhaize. Ils y relancent les fameux ‘Légumes magiques’ sans emballage pour éviter aux enfants la honte du plastique.


Guerre civile

Un burger sans viande peut-il être incroyable, formidable ou révolutionnaire ? Visiblement oui, à en croire la bataille médiatique dont nous avons été témoins ces derniers jours. Trois fake burgers, incroyablement innovants aux dires de leurs fabricants, ont sollicité quasi simultanément l’attention des médias, avec grosso modo la même promesse : des burger végétaux  difficiles à distinguer d’un vrai burger juteux, saignant et crépitant, excepté au niveau du taux de cholestérol et de l’empreinte écologique, bien entendu.


Chacun a tenté de couper l’herbe sous le pied de l’autre. Nous avons reçu des invitations quasi en même temps, d’une part pour goûter l’Incredible Burger, une nouvelle création de Garden Gourmet, filiale de Nestlé, et d’autre part pour déguster le Beyond Burger qui explore de nouveaux horizons, grâce au soutien financier de Bill Gates en Leonardo DiCaprio, rien que ça. Et lorsque l’un a découvert que la dégustation de l’autre était prévue une semaine avant, il s’est empressé d’envoyer un communiqué de presse pour rafler le scoop à l’autre. Et entretemps un troisième joueur s’est jeté dans la mêlée : Greenway a annoncé avec fierté et sans aucune honte le lancement d’une copie 100% belge du fameux Beyond Burger, disponible au rayon viande (eh oui) chez Delhaize.
 

Mal à l’aise

Mais nous avons été un peu étonnés. Dans nos contrées le Beyond Burger est déjà au menu du restaurant veggie Greenway et de la chaîne de burgers ‘haut de gamme’ Ellis Gourmet Burger depuis l’automne dernier, donc pas vraiment une nouveauté. Alors pourquoi tout ce remue-ménage ? Eh bien, parce que lorsqu’un nouveau concurrent émerge, on essaye à tout prix de l’éclipser. De plus, tous ces nouveaux pseudo-burgers font leur entrée quasi simultanément dans les supermarchés, juste à temps pour la saison des barbecues.


Et qu’en est-il du goût ? Ça dépend. Il y a un an environ Vivera a fait les gros titres avec le lancement de son faux steak, soi-disant tout à fait comparable à un vrai filet pur. Et ce fut un flop. Leur but était sans doute de fabriquer une espèce de rondelle recomposée de viande séparée mécaniquement, très appréciée par les supporters ivres d’Anderlecht après un match, faute d'aliments réconfortants de meilleure qualité. Mais lors de cette dégustation de Beyond Meat, j’étais assis en face d’une végane convaincue, qui a déclaré se sentir mal à l’aise en mangeant ce burger saignant : cela ressemblait trop à la vraie viande. Rien n’est jamais parfait.


Elle ne fait tout simplement pas partie du groupe-cible. Avec des allégations comme ‘crépitant’ et ‘saignant’ ces produits s’adressent explicitement aux carnivores qui ne sont pas entièrement insensibles à ce regard réprobateur et terrifiant de Greta ‘I want you to panic’ Thunberg. Si chacun des participants aux marches pour le climat achète un tel fake burger, ça vous fait déjà un beau chiffre d’affaires. Mais nous ne donnerons notre jugement comparatif définitif qu’après avoir goûté la variante ‘Incredible’, dont la dégustation est prévue lundi prochain. Suspens ! Et entretemps la consommation de viande ne cesse de baisser, année après année. Le secteur devra s’y faire.


La honte de la livraison

En outre : que vous commandiez un burger de bœuf traditionnel ou une alternative végétale branchée, vous devriez avoir honte de le faire livrer à domicile. Shame on you indeed ! Car après la honte de prendre l’avion, voici venir la honte de se faire livrer. Si vous faites livrer vos courses à domicile, vous serez co-responsables de l’excès de camionnettes circulant en ville, avec tous les embouteillages et les émissions de CO2 que cela engendre. Du moins, c’est ce que pense une association de commerçants d’Amsterdam, qui espère que les gens reviendront faire leurs courses en magasin, comme autrefois. Ils plaident même pour une taxe sur la livraison à domicile.


Pourtant ce raisonnement ne tient pas la route, comme l’affirmait l’éminent Nils van Damme il y a quelque temps sur notre blog inégalé : selon lui, la livraison à domicile est meilleure pour l’environnement. Il a même utilisé le terme ‘contre-intuitif’ et a étayé son discours par des chiffres concrets : un système de livraison efficace permettrait d’éviter 2 milliards de kilomètres par an et de retirer chaque jour de la circulation 685.000 voitures utilisées pour les courses. Et cela rien que dans notre petit pays. Voilà. Bref : encore une fake news. Allez-y, passez vos commandes ! Et bon appétit ! Sans fausse honte, cette fois. A la semaine prochaine !

 

Vous souhaitez recevoir chaque vendredi un résumé de l’actualité FMCG dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous ici pour la newsletter gratuite de RetailDetail Food.