Albert Heijn va doubler le nombre de magasins belges

Shutterstock.com

Albert Heijn ne se retire pas de Belgique, mais va au contraire doubler le nombre de ses magasins. La chaîne est complémentaire à Delhaize, estime Ahold Delhaize. L'enseigne au lion, elle aussi, a d'ambitieux  projets d’expansion, y compris des points de retrait de bol.com.


Sous la direction de Delhaize

Ce matin Ahold Delhaize a fourni des explications lors des conseils d’entreprise tant de Delhaize Belgique que d’Albert Heijn Belgique. C’est ce qu’écrit le journal De Standaard, information qui entretemps a été confirmée par un communiqué de presse. «  Delhaize et Albert Heijn ont tous deux une proposition commerciale forte et complémentaire pour les consommateurs belges », lit-on dans ce communiqué. Les clients de Delhaize apprécient l’expérience en magasin et la qualité, tandis qu’Albert Heijn attire davantage des consommateurs soucieux des prix et de nouveaux Belges. Grâce à ces deux formules, le groupe dit pouvoir couvrir tout le marché.


Les deux enseignes continueront d’ouvrir de nouveaux magasins dans les années à venir. Les équipes chargées de l’expansion seront regroupées en une seule équipe sous la direction de Delhaize Belgique. Pour chaque emplacement cette équipe décidera quelle enseigne est la plus appropriée. Dans les 3 à 4 années à venir Delhaize prévoit l’ouverture de 300 magasins, dont 100 supermarchés (Supermarchés, AD ou Proxy) et 200 magasins de proximité sous les enseignes Shop & Go et Fresh Atelier, avec des points de retrait. Durant cette même période Albert Heijn envisage 30 à 50 ouvertures, soit un doublement du parc de magasins actuel. Pour l’instant cette expansion est prévue uniquement en Flandre et autour de Bruxelles. En outre le webshop bol.com ouvrira des points de retrait dans les supermarchés Delhaize.


Avec ce communiqué Ahold Delhaize  apporte des éclaircissements quant à l’avenir.  Le fait que le groupe fusionné ait explicitement confirmé que Delhaize demeurerait l’enseigne leader en Belgique a de quoi rassurer les commerçants affiliés.  Par contre pour les concurrents sur le marché belge, le message est moins réjouissant : ils auront à faire face à une entité plus grande et surtout unie.