Spar Good Food associe retail et horeca

Spar Good Food associe retail et horeca
Photos RetailDetail

L’expérience de magasin est essentielle au succès d’un supermarché de proximité. Ce constat a inspiré à Spar Lambrechts un concept inédit et original : Spar Good Food, une formule qui associe retail et horeca.

Sans fioritures

Lambrechts a jugé qu’il existait une opportunité à saisir dans le créneau particulier de l’association entre le retail et l’horeca. C’est pourquoi la centrale a lancé cet été une nouvelle extension à sa formule Spar : Spar Good Food, qui combine le supermarché de proximité et un établissement horeca où les clients peuvent manger sur place. A l’heure actuelle, deux magasins de ce type ont vu le jour, l’un à Ypres (depuis le mois de mai) et l’autre à Rekem (depuis le mois de juillet). 


Spar Good Food est une formule sans fioritures, ce qui semble être une condition pour qu’un tel projet rencontre le succès. L’approche est différente pour les deux magasins, conditionnée par la compétence des exploitants. A Ypres, on a affaire à un magasin de ville au-dessus duquel Timo et Sophie, les entrepreneurs, ont aménagé un bistro avec service à table. La carte est composée d’un plat du jour et de classiques plats de brasserie. A Rekem, les entrepreneurs Lore et Thomas ont opté pour un self-service avec sandwiches, wraps, snacks chauds, soupes, assiettes froides, smoothies, salades de fruits, etc. 
 

Synergie

“Les deux magasins sont différents dans la mesure où ce sont les entrepreneurs qui décident eux-mêmes de l’orientation qu’ils souhaitent lui donner. Il s’agit d’une piste que nous voulons explorer. Nous avons donc maintenant deux magasins test   complètement différents que nous évaluerons d’ici quelques temps. En tout état de cause, la consommation hors domicile possède encore un gros potentiel.”


L’horeca et le magasin restent des activités séparées l’une de l’autre mais cela n’empêche pas les synergies : les produits du magasin peuvent être servis dans la partie restauration et vice versa. En clair, les deux premiers Spar Good Food sont des magasins avec une annexe de restauration, mais il n’est pas dit que l’on puisse voir l’inverse à l’avenir : de plus en plus de restaurateurs sortent de chez eux pour proposer leurs produits à leur clientèle avec un service de livraison. “Pourquoi ne pas imaginer qu’ils proposent des repas préemballés et livrés avec un assortiment food ?”
 

Amplifier l’expérience de magasin 

Quoi qu’il en soit, Lambrechts reste convaincu du potentiel du magasin de proximité. “Les statistiques de Nielsen montrent que seuls deux canaux progressent : le hard discount et les magasins de proximité. Pour ces derniers, il importe de continuer à se démarquer et, en l’espèce, les compétences particulières de l’exploitant jouent un rôle clé. Notre plate-forme de produits frais est précieuse : nous pouvons livrer de petites quantités à intervalles réguliers. Nous rencontrons fréquemment nos entrepreneurs pour leur montrer comment amplifier l’expérience de magasin.”


Depuis quelques années, Lambrechts se consacre au développement de ses  formules Spar et Spar Express. La première se positionne comme un supermarché de proximité tandis que la seconde est davantage une supérette de quartier ou un magasin de ville avec une offre ‘on-the-go’. Aujourd’hui, la centrale fournit 110 magasins Spar et il devrait encore s’en ouvrir plusieurs dans les années à avenir.  


“Nous en avons déjà ouvert quatre en 2017 à Borgloon, Ypres, Rekem et Keerbergen,” rapporte Manu Suffeleers, directeur commercial. “Nous avons prévu d’en ouvrir trois autres avant la fin de l’année à Beernem, Ottenburg et Spalbeek.” A côté de ces grands projets, Spar devrait encore procéder à quelques rénovations. Et même si les projecteurs sont braqués sur Spar en tant que chaîne, il ne faudrait pas en oublier tous les entrepreneurs qui souhaitent conserver leur singularité en ajoutant, par exemple, un ‘Supra’ ou un ‘Prima’ sur la façade de leur magasin. 
 

Les entrepreneurs font la différence 

Quels sont pour Manu Suffeleers les grands défis de demain ? “Il faut batailler dur pour chaque client ! Les formules de magasin se ressemblent beaucoup et, in fine, ce sont les entrepreneurs qui font toute la différence. Je me demande aussi comment approcher la communauté allochtone. Nous n’avons pas de solution toute faite mais nous y réfléchissons. Tout comme à l’e-commerce d’ailleurs. Nous n’avons pas encore de webshop mais nous ne voudrions pas rater le train !” 

 

Galerie de photos

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Filet Pur : Une boîte vide, remplie d’air

08/12/2017

Le supermarché n’est qu’une poubelle remplie de nullités, voilà ce que nous apprenions cette semaine, parmi d’autres infos FMCG captivantes que saint Nicolas nous a apportées dans sa hotte. Voici votre résumé hebdomadaire mitonné par RetailDetail Food!

Walmart ne veut plus être perçu comme un simple magasin

07/12/2017

Le géant américain de la grande distribution Walmart a décidé de changer son nom légal ‘Wal-Mart Stores’ en 'Walmart' tout court, car à l’ère du e-commerce l'enseigne se veut plus qu’une simple chaîne de magasins physiques.

Les frères Mestdagh se retirent de la direction opérationnelle du Groupe Mestdagh

05/12/2017

Les frères Eric et John Mestdagh ont décidé de se retirer de la direction opérationnelle du Groupe Mestdagh à partir de l’été prochain. Ils resteront néanmoins impliqués dans les stratégies à long terme de l’entreprise.

Ahold fait la leçon à Delhaize : il faut innover plus rapidement

05/12/2017

Delhaize doit innover plus rapidement et c’est au directeur d’Albert Heijn, Wouter Kolk, d’apprendre aux Belges comment s’y prendre, affirme Dick Boer, CEO d’Ahold Delhaize dans une interview surprenante, où il évoque également Amazon et bol.com.

La bière d’AB InBev 3% plus chère à partir de l’an prochain

05/12/2017

A partir du 1er janvier les bières d’AB InBev coûteront en moyenne 3,04% plus cher. Pour le secteur de l’horeca la hausse de prix s’élèvera à 3,12% et pour les magasins à 2,83%. Cette mesure concerne l’ensemble de l’assortiment.

Les accises élevées pèsent sur l’industrie alimentaire belge

05/12/2017

L’an dernier l’industrie alimentaire belge a progressé d’environ 3%. Toutefois cette croissance est entièrement attribuable à l’exportation, car sur le marché intérieur on observe un recul de 1,7%, et ce pour la première fois en dix ans.

Back to top