Opinie: “Help, er zit een Chinees in mijn broek!” | RetailDetail

Opinion : « J’ai un Chinois au fond de ma poche ! »

Opinion : « J’ai un Chinois au fond de ma poche ! »
Shutterstock.com

Les entreprises technologiques comme Alibaba et Amazon se font la malle avec vos données sous les yeux résignés de l’Europe. Et les marques et les retailers dans tout ça ? Ils sponsorisent l’opération et alimentent la croissance de leurs concurrents.

 

Les autorités chinoises veillent

« En Europe, les gens pensent qu’ils sont libres, mais c’est une illusion. Une version artificielle de la liberté. La plupart des gens renoncent à leurs droits et pensent dès lors être libres. Mais la liberté est un idéal pour lequel il faut se battre. Les Européens sont depuis des décennies enlisés dans leur confort, dans leur vie de luxe. Et ils pensent que le reste du monde vit de la même manière. L’establishment les exhorte à profiter de l’instant et les politiciens font le reste. Les gens remettent leur responsabilité morale entre les mains d’autrui. Nous vivons tous par la grâce de différentes formes de pouvoir, qu’elles soient démocratiques ou dictatoriales. La plupart des gens s’en désintéressent. L’ignorance est une bénédiction. »
 

Ces véhéments propos sont ceux de l’artiste et activiste politique Ai Weiwei qui ajoute que chaque entreprise chinoise active à l’étranger est, en partie, contrôlée par un État chinois avide de données. Et pas seulement celles des Chinois… mais aussi les vôtres !
 

Alors que les commerçants européens se débattent avec toutes sortes de règles et de législations, des géants comme Alibaba et Tencent (créateur de l’app ultrapopulaire WeChat) procèdent, librement et sans entrave, à des tests sur un nombre sans précédent de cobayes, j’ai nommé les consommateurs… Tous les yeux sont tournés vers l’appareil qui écoute vos conversations et sait où et comment vous dépensez votre argent : votre smartphone, vous avez bien deviné.
 

But de la manœuvre : en apprendre autant que possible à propos de leur utilisateur. Alibaba et Tencent rassemblent toutes les informations relatives à chaque utilisateur dans un portefeuille ID. « Nous savons qui ils sont, ce qu’ils veulent et ce qu’ils ne veulent pas », a déclaré à ce sujet le CEO d’Alibaba Daniel Zhang au Financial Times. Il ne vous reste plus qu’à accepter le fait que les autorités chinoises aient un droit de regard sur vos données.

 

Cela ne me concerne pas, dites-vous ?

Les tentacules d’Alibaba s’étendent bien au-delà des frontières et s’immiscent de plus en plus profondément dans la vie de millions d’utilisateurs. Dans tous les domaines imaginables.
 

Avec sa stratégie ‘new retail’, l’entreprise entend lever les barrières entre le monde réel et le monde en ligne. Dans les points de vente physiques, les consommateurs peuvent toucher et tester les produits, alors que les données en ligne permettent d’adapter les étalages. Médicaments, courses ou capacité serveur… tout s’achète chez Alibaba. Il est en outre très facile de payer avec Alipay, un système d’ores et déjà utilisé par 520 millions de personnes, y compris pour les transactions physiques. Et voilà qu’Auchan conclut une collaboration avec Alibaba, qui investit massivement dans sa propre chaîne de supermarchés Hema (à ne pas confondre avec la chaîne néerlandaise homonyme).

 

Qu’en est-il de Tencent ?

Ces dernières années, Tencent est devenu l’un des plus importants conglomérats Internet de Chine en termes de capitalisation de marché. L’entreprise dispose d’énormes capitaux et est estimée sur la Bourse de Hong Kong à 4 510 milliards de dollars de Hong Kong (plus de 470 milliards d’euros).
 

Avec l’app WeChat, Tencent a créé une puissante plate-forme où les utilisateurs peuvent pratiquement organiser toute leur vie : de leurs transactions bancaires à l’entretien de leurs contacts sociaux et professionnels, de la réservation d’un taxi au paiement de leur facture d’énergie. Et peut-être prochainement les courses faites chez Carrefour.

 

Pourquoi les apps de paiement sont-elles si importantes ?

La réponse est simple : WeChat Pay et Alipay ont accès à toutes les classes sociales. En misant sur une présence physique, ces services sont en mesure de cartographier les achats et les profils utilisateurs associés. Et la caissière ? Elle ne sert plus à rien, puisque les données produit sont directement stockées dans votre smartphone.
 

Tencent est depuis peu active sur le marché des supermarchés de proximité automatiques ouverts 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 sous la bannière de WeChat. Les utilisateurs enregistrés n’ont qu’à scanner un code QR dans l’environnement WeChat pour accéder au magasin et faire leurs courses librement. Les produits, pourvus d’une puce NFC (Near Field Communication), sont automatiquement facturés lorsque l’utilisateur franchit le portique conduisant à la sortie. Un simple scan, un règlement via WeChat Pay et le portique s’ouvre.
 

Avec Alipay et WeChat Pay sur leur smartphone, tous les Français se baladeront bientôt avec l’État chinois jouant les Big Brother dans leur poche.

 

Les Américains ne sont pas en reste

Si vous avez téléchargé des apps de Google, Apple, Facebook et Amazon sur votre smartphone, les cookies veillent à ce que vos données franchissent aussi l’Atlantique. Ces sociétés appliquent elles aussi la stratégie ‘follow the money’. Le professeur Scott Galloway affirme dans son ouvrage ‘The Four’ qu’Amazon est en train de tester la livraison à domicile quotidienne de deux colis : l’un contenant ce dont elle pense que vous avez besoin et l’autre pour retourner les produits dont vous ne voulez pas…
 

N’oublions pas qu’Amazon est ‘the everything store’. Selon le géant de l’e-commerce, vous n’avez besoin que d’un magasin… Amazon évidemment. Après les boutons Dash que les Américains ont massivement installés dans leurs habitations, la prochaine étape sera la reconnaissance vocale. Il est déjà possible de passer commande en parlant à un cylindre ou à un mini-écran de télévision (pas encore disponible au Benelux). En Amérique, Amazon détient plus de 75 % de parts du marché de la reconnaissance vocale, loin devant Google. Le magasin s’invite donc littéralement chez vous, et il vous écoute vivre, vous et votre famille… Si vous souhaitez commander des piles, Alexa en choisit la marque : les piles AmazonBasics. Eh oui, comme les autres retailers, Amazon vous pousse à acheter ses marques de distributeur. Marge quand tu nous tiens…
 

Et quel est le rôle des marques et des retailers dans toute cette histoire me demanderez-vous ? Eh bien, ce sont les sponsors.

 

Vous ne me croyez pas ?

Quel budget les grandes marques investissent-elles dans Adwords, les boutiques virtuelles et les apps ? Ou dans les services cloud ? Tous ceux-là sont d’une manière ou d’une autre liés à Amazon, Google, Apple, Facebook ou Alibaba et Tencent. Les marques et les retailers sont les principaux sponsors de leurs concurrents actuels et futurs, ‘the big six’.
 

C’est du propre !

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Google investit 550 millions de dollars dans JD.com

18/06/2018

Personne n’a intérêt à rater le train sur la marché asiatique grandissant. Google aussi en est  bien conscient : les Américains prennent une participation dans JD.com, le grand concurrent d’Alibaba.

Filet Pur : Un estomac rempli d’angoisses

15/06/2018

Au menu de ce résumé hebdomadaire de RetailDetail Food : qui est le vrai patron de Carrefour Belgium, pourquoi manger sain n’est pas si sain que ça, pourquoi l’alcool nous remonte le moral et que manigance Jumbo. Bon appétit !

Huit pistes à retenir du Trade & Shopper Marketing Congress

14/06/2018

Que de réactions enthousiastes à l’issue du Trade & Shopper Marketing Congress de RetailDetail et LD&Co ! Orateurs et participants y ont partagé leurs visions avec entrain. Qu’avons-nous retenu ?

Microsoft aussi s’intéresse aux magasins sans caisse

14/06/2018

Microsoft travaille sur une technologie permettant d’éliminer les caisses et les files d’attente dans les magasins. Le géant américain de l’informatique se veut l’allié du secteur du retail afin de défier Amazon Go.

Ludo Bijvoet est le nouveau directeur de Blokker

14/06/2018

Le management de Blokker est à nouveau complet: Ludo Bijvoet – actuel CEO de Xenos – prendra les commandes de l’enseigne en difficulté à partir du 1er juillet, tandis que Frank Cocx a été nommé directeur financier. Linda Keijzer dirigera Xenos.

Karstadt réinvente le concept du grand magasin à Berlin-Tegel

12/06/2018

Pour la première fois en trente ans Karstadt ouvre un nouveau grand magasin à Berlin, à l’aéroport de Berlin-Tegel plus précisément. Celui-ci sera un exemple de nouveauté, avec une offre unique entièrement adaptée aux besoins locaux.