Macintosh demande la mise en faillite

Macintosh demande la mise en faillite

Les administrateurs provisoires de Macintosh Retail Group jettent l’éponge.  Ils n’entrevoient plus aucun avenir pour l’entreprise qui chapeaute plusieurs formules de distribution et demandent la mise en faillite de l’entreprise.

Peu après la cessation des paiements

La décision de demander la mise en faillite de l’entreprise suit peu après la survenue de la cessation des paiements.  Le 22 décembre dernier, le tribunal de Maastricht accordait un ajournement au groupe.  Juste après, le tribunal de ‘s-Hertogenbosch prenait la même décision pour les filiales Hoogenbosch Retail Group BV, Dolcis BV, Manfield BV, Invito BV et PRO Sport BV.

 

La demande de mise en faillite concerne uniquement la maison-mère qui chapeaute les enseignes Brantano, Belux, Dolcis, Firelle, Intreza, Invito, Manfield, PRO, Scapino et Steve Madden.  Les filiales poursuivent leurs activités (pour le moment).  Les formules mises sous cessation des paiements, ne constituent pas une exception.

 

« Tous les magasins et commerces du groupe Macintosh sont ouverts et les administrateurs provisoires étudient maintenant, en collaboration avec les comités de direction compétentes, tous les scénarios possibles.  A savoir la vente du groupe dans son entièreté ou la vente de certaines branches du groupe.  Tout ceci dans l’intérêt des employés, des créanciers et autres parties intéressées », affirment les administrateurs provisoires dans un communiqué de presse.

 

Brantano avait déjà fait savoir qu’elle était certaine de pouvoir poursuivre ses activités par ses propres moyens jusque fin janvier.  Pour cette formule, aucune protection contre les créanciers n’a été demandée au tribunal.

 
Les problèmes s’accumulaient déjà depuis tout un temps

Les problèmes de Macintosh ne datent pas d’hier.  En 2013, le groupe enregistrait une perte de 12,1 millions d’euros.  En 2014, 101,6 millions d’euros se sont rajoutés, et durant la première moitié de cette année, les chiffres étaient également dans le rouge.

 

La perte a pourtant été réduite à 4,4 millions d’euros, en partie grâce à une acquisition unique de 16 millions d’euros suite à la vente de Nea International.  La chaîne de chaussures du groupe a fortement souffert de l’arrivée du e-commerce.

 
Une tentative pour trouver in extremis un repreneur pour le holding, n’a rien donné.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Hunkemöller à la conquête de la Suisse

17/08/2017

Après avoir lancé son webshop en Suisse en septembre de l’an dernier, l’enseigne de lingerie néerlandaise Hunkemöller compte désormais y ouvrir des magasins physiques. La première ouverture est prévue pour octobre.

Le chausseur Bally est à vendre

16/08/2017

Après s’être déjà séparé de la marque de chaussures britannique Jimmy Choo, la société d’investissement autrichienne JAB Holding cherche à présent à céder le chausseur suisse Bally pour un montant d’au moins 600 millions d’euros.

Crocs perd son brevet sur ses célèbres sabots

14/08/2017

L’enseigne de chaussures Crocs a perdu son procès concernant le brevet sur le design de ses célèbres sabots. Selon l’instance américaine Patent and Trademark Office (USPTO), une autre entreprise utilisait déjà un design semblable auparavant.

Zalando à nouveau en croissance de plus de 20%

10/08/2017

Zalando a atteint de justesse son objectif de croissance de plus de 20% au deuxième trimestre de 2017. Pour l’ensemble de l’exercice l’e-commerçant allemand continue de tabler sur une croissance comprise entre 20 et 25%.

Gucci intente un procès contre Forever 21

09/08/2017

Gucci a décidé d’intenter un procès contre la chaîne de vêtements Forever 21 aux Etats-Unis. Selon la maison de mode italienne, l’enseigne américaine aurait copié un design spécifique de la marque de luxe.

Ralph Lauren fait mieux que prévu

08/08/2017

La maison de couture Ralph Lauren a enregistré d’excellents résultats au premier trimestre. Tant sur le plan de son chiffre d’affaires que sur celui de ses bénéfices, les résultats dépassent les prévisions des analystes. Il y a un an, l’entreprise avait dû déplorer d’importantes pertes.

Back to top