Carrefour supprime des milliers d’emplois au profit du e-commerce

Carrefour supprime des milliers d’emplois au profit du e-commerce

Carrefour va supprimer quelques milliers d’emplois, a annoncé aujourd’hui le CEO Alexandre Bompard. Grâce à un nouveau plan de transformation, avec l’accent sur l’e-commerce, Carrefour entend devenir « le leader mondial dans la transition alimentaire ».

Quatre piliers

Le nouveau plan de transformation, baptisé « Carrefour 2022 », s’appuie sur quatre piliers : la simplification de l’organisation (le remaniement du siège principal à Paris entraînera la perte de  2400 emplois), l’augmentation de la productivité (qui devrait permettre une économie de coûts de pas moins de deux milliards d’euros par an, qui seront ensuite réinvestis), la stimulation du e-commerce et des formats de proximité (avec l’ouverture de 2000 nouveaux magasins de proximité et un investissement de 2,8 milliards d’euros dans la digitalisation, qui devrait générer un chiffre d’affaires food online de 5 milliards d’euros d’ici 2022) et une amélioration de l’offre (principalement le bio et les marques maison).


Parallèlement Carrefour souhaite investir davantage dans de nouveaux partenariats, comme ce fut déjà le cas fin 2017 avec Fnac-Darty et Showroomprivé. Dans cette même optique le groupe négocie une collaboration avec le chinois Tencent, afin de renforcer sa position sur l’un des plus grands marchés food online au niveau mondial. Tencent entrerait au capital de Carrefour Chine.


Le CEO Bompard s’explique : « J’ai de hautes ambitions pour Carrefour : devenir le leader mondial dans la transition alimentaire, afin que les clients puissent manger différemment en leur offrant, chaque jour et partout, des produits alimentaires de qualité et fiables à prix raisonnables. Pour atteindre cet objectif et retrouver une dynamique gagnante, nous devons renouveler notre modèle, simplifier notre organisation, nous ouvrir aux partenariats, améliorer notre efficacité opérationnelle, investir dans nos formats de conquête, développer un modèle omnicanal solide et élargir notre offre de produits frais et bios, principalement sous la marque Carrefour. Tel est le but du plan de transformation ‘Carrefour 2022’ que nous dévoilons aujourd’hui et que soutiendront avec ambition et conviction le groupe et tous ses collaborateurs. »

 

Pas encore de nouvelles pour la Belgique

Pour les collaborateurs français de Carrefour la nouvelle (pourtant attendue) est dure à encaisser : au siège principal 2.400 des 10.500 emplois seront supprimés et le projet d’un nouveau bâtiment dans l’Essonne est annulé. Le quartier général belge sera lui aussi remanié, mais aucun détail concret à ce sujet n’a encore été communiqué. On en saura probablement plus d’ici peu après le conseil d’entreprise extraordinaire prévu par Carrefour Belgique jeudi prochain.


Carrefour assure qu’aucun hypermarché ne fermera ses portes en France : toutefois leur surface sera réduite d’au moins 100.000 m² au total et cinq magasins seront exploités par d’autres. Par contre 273 magasins Carrefour, qui autrefois appartenaient à DIA, seront cédés ou fermés. Outre les magasins de proximité, le concept cash & carry sera également un fer de lance : au Brésil (20 nouveaux points de vente par an), en Argentine (16 magasins Maxi), en France (les magasins Promocash) et dans le reste de l’Europe (« poursuite de l'expérimentation »), les grands formats doivent gagner en importance.


Focus sur l’online

Mais le groupe considère l’online comme l’atout majeur. Durant les cinq années à venir les investissements dans l’omnicanal seront multipliés par six, avec pour objectif d’atteindre un chiffre d’affaires food online de 5 milliards d’euros pour l’ensemble du groupe. En France Carrefour vise une part de marché de plus de 20%.


Pour ce faire 170 nouveaux points de retrait autonomes (ou ‘drives’) ouvriront encore cette année et la moitié des magasins devront également faire office de point d’enlèvement. Le groupe  prévoit également une collaboration avec la Poste française pour les livraisons à domicile ; service qui d’ici fin 2018 devrait être disponible dans 26 villes françaises, dont la moitié bénéficieraient même de livraisons express endéans l’heure. Tous ces services seront regroupés sous l’étendard Carrefour.fr.