Colruyt, Delhaize et Carrefour, entre autres, risquent une amende de quelques milliards

Colruyt, Delhaize et Carrefour, entre autres, risquent une amende de quelques milliards

Sept chaînes de supermarchés – dont Delhaize, Carrefour et Colruyt –  se seraient entendues sur les prix de produits de droguerie de 2002 à 2007, annonce le Conseil de la concurrence. Ainsi durant toutes ces années le consommateur a payé trop cher pour des produits  comme le shampooing, le savon, le dentifrice, le papier de toilette ou encore les  langes. Si les distributeurs concernés sont condamnés, ils risquent des amendes de plusieurs millions d’euros.

Accords via les fournisseurs

Ces pratiques illégales, remontant à la période de 2002-2007, ne s’effectuaient pas en direct, mais par l’intermédiaire du fournisseur.  Ces ententes de prix ont éliminé toute concurrence entre les supermarchés qui dès lors ont maintenu artificiellement des prix élevés, au détriment du consommateur.


Les produits visés représentent un chiffre d’affaires annuel de 900 millions d’euros en Belgique. 80% de ce chiffre d’affaires est réalisé dans les supermarchés concernés. Selon le Conseil de la concurrence « il s’agit d’infractions graves, pour lesquelles il n’y a pas de circonstances atténuantes. »


Un dossier en cours depuis  2007

Le Conseil de la concurrence a travaillé sur le dossier durant  cinq ans. En 2007 l’Auditorat du Conseil a effectué des perquisitions, au cours desquelles des e-mails notamment ont été saisis. Outre les sept distributeurs, onze fournisseurs sont également impliqués. Ceux-ci  auront l’occasion de réagir et de  de se défendre, après quoi le jugement sera prononcé.


Si les supermarchés sont condamnés, ils risquent des amendes sévères. La sanction dépendra de la nature de l’infraction, de la part de marché de l’inculpé et de l’impact économique de la fraude. Le chiffre d’affaires de l’entreprise, ainsi que la durée de l’infraction entrent également en ligne de compte. Selon le journal De Standaard les amendes pourraient s’élever à 10% du chiffre d’affaires de l’année 2007. Rien que pour les trois grands – Delhaize, Carrefour et Colruyt – l’amende pourrait donc atteindre les 10 milliards d’euros.


L’Autorité de la Concurrence a pour mission de défendre les intérêts des consommateurs et de veiller à ce que les règles de la libre concurrence soient respectées.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top