Guerre du Coca : accord de paix en France, pas encore en Belgique

Guerre du Coca : accord de paix en France, pas encore en Belgique
Shutterstock.com

Le conflit commercial entre Intermarché et Coca-Cola en France a pris fin : les deux parties sont parvenues à « un accord équilibré ». En Belgique, les choses entre Colruyt et le fabricant de boissons gazeuses ne sont pas encore réglées.

 

Conflit international

Intermarché France annonce qu’un « accord équilibré » a été conclu dans la nuit de mercredi avec Coca-Cola : le détaillant affirme que son ambition de réduire l’offre a été respectée, dans le but de faire plus de place dans les magasins pour des gammes plus sains. Coca-Cola n’a pas réagi officiellement. 

 

Le conflit a éclaté au début de cette année : Intermarché avait fait état d’un désaccord concernant la gamme de produits et avait affirmé que l’entreprise de boissons abusait de sa position dominante. Lorsque Coca-Cola a cessé de livrer la chaîne de supermarchés, le tribunal de commerce était intervenu : il avait accordé aux deux parties un délai de soixante jours pour parvenir à un accord et celles-ci devaient entre-temps reprendre leur coopération. Le boycott s’est ensuite étendu au-delà des frontièresà Edeka en Allemagne et à Colruyt en Belgique, tous deux membres du groupe de vente au détail Agecore, tout comme Intermarché.

 

L’accord conclu avec Intermarché ne signifie pas que le conflit est désormais automatiquement résolu ailleurs : Colruyt a déclaré ce matin à RetailDetail que les négociations avec le fabricant de boissons non alcoolisées étaient toujours en cours. Le retailer n’a jamais confirmé que le déréférencement en Belgique avait été initié par Agecore. Dans les magasins belges, il semblerait que la partie ne soit pas jouée très sérieusement puisque la majorité de l’assortiment reste disponible. Contrairement aux conflits précédents - comme ceux avec Mars et Nestlé - il n’y jusqu’à présent pas réellement eu d’étagères vides ni de panneaux indiquant « temporairement indisponible ».