L’e-commerce sauve AB InBev

L’e-commerce sauve AB InBev
Shutterstock.com

Malgré la crise du coronavirus, AB InBev enregistre à nouveau une augmentation des ventes de bière au cours du troisième trimestre. Le plus grand brasseur du monde a rapidement adapté sa chaîne d’approvisionnement et a notamment vu ses ventes en ligne décoller.

 

À l’encontre de la tendance

Entre juillet et septembre, les volumes commercialisés ont affiché une hausse de près de 2 %, entrainant ainsi une augmentation d’environ 4 % de son chiffre d’affaires. AB InBev a surpris tout le monde par ses résultats puisque les analystes prévoyaient une diminution de 4 %, rapporte le journal De Tijd.

 

Au Brésil, le brasseur a vendu 25 % de bière en plus. Une forte croissance a en outre été observée sur les marchés clés tels que le Mexique et les États-Unis. Pour l’ensemble de la région Amérique du Nord, le chiffre d’affaires a augmenté de près d’un cinquième.

 

Ces résultats en hausse sont plutôt surprenants : en effet, le coronavirus n’a jamais complètement disparu et accable encore toujours une grande partie de la planète. Hier encore, le concurrent Heineken a annoncé que près de 20 % des emplois étaient en jeu dans son entreprise. Les ventes du brasseur néerlandais ont chuté d’environ 2 % durant le troisième trimestre.

 

Consommation domestique

AB InBev a, quant à lui, réussi à stimuler la consommation des ménages. Pour y parvenir, le brasseur a plus que jamais misé sur les ventes en ligne. L’entreprise a ainsi lancé de nouvelles boutiques en ligne pour le consommateur final et a développé une plateforme numérique pour les commerçants. Par exemple, Jupiler bénéficie désormais de son propre webshop en Belgique.

 

Entre temps, l’entreprise travaille à une nouvelle réduction de ses dettes. AB InBev a déjà remboursé 11,4 milliards de dollars (9,7 milliards d’euros) de celles-ci au cours du trimestre. Néanmoins, le brasseur annule également l’acompte sur dividende. « Bien que nos activités affichent de meilleurs résultats, nous continuons à faire face à une certaine incertitude et volatilité causées par la pandémie de coronavirus », déclare-t-il dans un communiqué.