Troubles sociaux chez Lunch Garden

Troubles sociaux chez Lunch Garden

La direction et les syndicats de la chaîne de restaurants Lunch Garden se réunissent autour de la table aujourd’hui pour une « rencontre décisive », selon le syndicat socialiste BBTK. Les employés ce matin ont protesté devant les portes du siège central à Evere, afin de mettre la pression.

Après la reprise de la chaîne de restauration par le fond d’investissement néerlandais H2 il y a deux ans, un plan de relance avait été élaboré. Selon les syndicats ce plan  a été pleinement supporté par le personnel, malgré « une grande flexibilité, davantage de polyvalence, travail à temps partiel, stress quotidien, réorganisation des restaurants, charge de travail accrue, … etc. Le personnel  très motivé, afin de garantir la rentabilité de l’entreprise , a fait de nombreux sacrifices. La direction pour sa part ne semble pas disposée à faire elle aussi des efforts et refuse jusqu’à présent d’accorder de meilleures conditions de travail pour les employés », déclare le syndicat.

 

Revendications de bien-être

L’année dernière les syndicats avaient déjà introduit des revendications de bien-être, exigeant davantage d’heures de travail pour les employés à temps partiel et davantage de contrats « afin de diminuer la pression sur le lieu de travail et d’alléger la charge de travail excessive », moins de flexibilité, une meilleure communication concernant le plan marketing et surtout  « la reprise de la concertation sociale dans une atmosphère sereine, en respectant les conditions de travail et les droits des délégués.»


Jusqu’à présent les négociations avec la direction n’ont pas abouti.  L’entrevue d’aujourd’hui sera donc décisive : « Sans une progression significative, nous n’excluons pas des actions de protestation dans les différents restaurants à travers tout le pays », souligne le syndicat socialiste.


Lunch Garden est en pleine phase de rénovation avec la modernisation de 63 de ses établissements et envisage l’ouverture de huit à dix nouveaux restaurants en Belgique dans les quatre années à venir. Le chaîne existe depuis plus de 40 ans et chaque restaurant accueille en moyenne 600 visiteurs par jour.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur:  De sympathiques brigands

24/11/2017

Les prix grimpent, la pérennité du supermarché est menacée et les fabricants de marques continuent de payer la note. Eh oui, quels coquins ces ‘food retailers’. Pour vous en convaincre, voici votre rubrique hebdomadaire concoctée par RetailDetail Food !

Nouveau CEO pour Nestlé Belgilux

23/11/2017

Nestlé a annoncé avoir désigné Michel Mersch comme nouveau CEO de Nestlé Belgilux. Il succède à Alexander von Maillot, qui occupera une nouvelle fonction au siège principal en Suisse.

Rémy Cointreau : forte croissance grâce à la demande accrue de cognac de luxe en Asie

23/11/2017

Au premier semestre de son exercice décalé, le groupe français de spiritueux Rémy Cointreau a enregistré d’excellents résultats. Son cognac de luxe s’est particulièrement bien vendu, surtout en Chine, au Japon et à Singapour.

Pierre-Olivier Beckers, ex-CEO de Delhaize investit dans la start-up YouMeal

23/11/2017

YouMeal, une start-up qui aide les exploitations de restaurants à informer leurs clients de la composition de leurs plats, a levé 800.000 euros. L’un des investisseurs est Pierre-Olivier Beckers, ex-CEO de Delhaize et actuellement président du COIB.

Hausse des ventes en ligne dans le secteur FMCG

22/11/2017

Les courses online sont en hausse de 30%, alors que le marché dans son ensemble n’a progressé que de 1,3%. Actuellement l’e-commerce représente 4,6% dans le segment FMCG. D’ici 2025 ce pourcentage devrait atteindre 10%, soit 145 milliards d’euros.

Nestlé envisage la reprise de Hain Celestial

22/11/2017

Nestlé serait intéressé par la reprise de Hain Celestial, une entreprise alimentaire américaine spécialisée dans la production d’aliments naturels et végétariens. La valeur de l’entreprise est estimée à 3,5 milliards d’euros.

Back to top