Coolblue va-t-il entrer sur la bourse de Bruxelles ?

Coolblue

L'e-détaillant hollandais Coolblue souhaiterait faire une deuxième tentative pour tirer profit d'une entrée en bourse réussie « au cours des prochaines semaines ». Toutefois, pour l'instant, on ignore si ce sera à Amsterdam ou à Bruxelles.

 

Particuliers belges

Actuellement, le co-fondateur Pieter Zwart détient une petite majorité de 51 % des actions, tandis que l'investisseur HAL qui est entré dans Coolblue en 2016 a progressivement augmenté sa part, jusqu’à 49 %. Ce dernier voudrait maintenant vendre une partie de ses actions. 

 

Dans les prochaines semaines, les particuliers belges devraient avoir la possibilité de souscrire à l'introduction en bourse du magasin en ligne de Rotterdam, rapporte De Tijd. Zwart et ses collaborateurs tableraient sur une valeur boursière de trois à six milliards d'euros.

 

Projet abandonné en avril

En février, la société avait annoncé vouloir faire son entrée sur la bourse d'Amsterdam, en partie pour financer ses ambitieux plans de croissance et son incursion dans le domaine de la fourniture d'énergie . Deux mois plus tard, cependant, nous apprenions que les actionnaires voulaient prendre plus de temps pour préparer l'introduction en bourse. 

 

L'information relayée par De Tijd selon laquelle il y aurait une procédure de souscription spécifique pour les particuliers belges laisse à penser que le détaillant n’entrerait pas sur la bourse d’Amsterdam, mais sur la bourse de Bruxelles. 

 

Coolblue suit une courbe de croissance impressionnante : l'expansion sur le marché francophone a fait grimper le chiffre d'affaires belge de 48 % l'année dernière, atteignant 553 millions d'euros, tandis que la crise du coronavirus a également alimenté une croissance impressionnante aux Pays-Bas. En outre, le détaillant d'électronique bleu s'est également implanté en Allemagne : l'année dernière avec une boutique en ligne, et un premier magasin physique est prévu pour la fin de cette année. La chaîne compte également douze magasins physiques aux Pays-Bas et cinq en Belgique.