Forte hausse de la production belge de lait et de produits laitiers en 2012

Forte hausse de la production belge de lait et de produits laitiers en 2012

L’année dernière la production de lait et de produits laitiers a fortement augmenté  dans notre pays.  En 2012 la Belgique a produit environ 833 millions de litres de lait de consommation, soit 10% de plus qu’en 2011. « Malgré une baisse du prix du lait, 2012 fut une année assez favorable pour l’industrie laitière belge », indique la Confédération Belge de l’Industrie Laitière (CBL).

Hausse spectaculaire du lait entier et du  lait chocolaté

En 2012 la production de lait de consommation en Belgique a atteint environ les 833 millions de litres. Il s’agit d’ une hausse de plus de 10% par rapport à 2011. C’est ce qui ressort des chiffres publiés par le département Statistique du SPF Economie.


Malgré une légère baisse (-0,3%), le lait demi-écrémé représente plus de la moitié du lait de consommation produit en Belgique. Le lait entier (+21%) et le lait chocolaté (+55%) marquent les plus fortes hausses. « Ces hausses remarquables s’expliquent probablement par une plus grande spécialisation internationale des producteurs de produits laitiers », selon le SPF Economie.


Le volume de production de produits laitiers frais (tels que le yaourt, les boissons à base le lait fermenté, la crème et les desserts) s’élève à 582.000 tonnes, soit une progression de près de 10% par rapport à 2011. Alors que la production de yaourt a diminué de 10%, la production de desserts lactés par contre a augmenté de près de 72%. « Ainsi la part des desserts dans la production laitière a progressé de 7 à 11%. »


La production de fromage (+1,1%) et de beurre (+1,8%) est en légère hausse, alors que le lait en poudre est en recul de 3,6%. La production de glace est restée stable.

 

Un chiffre d’affaires de 4,4 milliards d’euros

« 2012 fut une année assez favorable pour l’industrie laitière belge », confirme Renaat Debergh, administrateur délégué de la Confédération Belge de l’Industrie Laitière, dont l’assemblée générale a eu lieu vendredi dernier  à Grimbergen.


La CBL indique qu’en 2012 l’industrie laitière belge a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 4,4 milliards d’euros, soit une baisse de 5% par rapport à 2011. Toutefois  ce recul  s’explique entièrement par la diminution du prix du lait, qui à son tour est la conséquence de l’excellente année 2011, qui a connu une forte hausse de la production laitière.


« Durant l’été les Etats-Unis ont été touchés par une forte sécheresse, d’où une baisse de l’offre et une augmentation du prix du lait. Pour 2013 nous nous attendons à un bon prix », explique Renaat Debergh.


Plus de 60% du chiffre d’affaires de la production laitière a été exporté vers l’étranger : le reste de l’Europe, l’Afrique, l’Arabie saoudite et – pour la première fois – de plus en plus vers la Chine. « Il y a quelques années l’exportation de lait frais d’Europe vers la Chine était inexistante », affirme Jef Mottar, directeur général d’Inza, la division de lait de consommation du groupe Milcobel.  Depuis un an environ les choses ont changé. La Chine a été secouée par un scandale laitier : on a détecté dans le lait une substance toxique, la mélamine, qui a même provoqué des décès.


« Depuis les Chinois n’ont plus confiance dans leurs produits laitiers et le lait provenant d’Europa – également de Belgique – est très prisé. L’énorme demande de lait en poudre européen pour bébés, avec pour conséquence des rayons vides dans les magasins, en témoigne également », ajoute Jef Mottar.

 

Une production laitière durable

Ces dix dernières années l’émission de CO2 pour la production d’un litre de lait a pu être réduite de 20%, de 1,28 kg de CO2 à 1,02 kg de CO2. « Aujourd’hui il faut moins de vaches pour produire la même quantité de lait, et ce grâce aux avancées génétiques », explique le patron de la CBL Renaat Debergh. « L’amélioration de l’alimentation animale, ainsi que la réduction de l’utilisation d’engrais chimiques ont permis de diminuer l’empreinte carbone du lait. »


Le secteur laitier a également annoncé qu’il  avait  décidé d'intensifier ses efforts, non seulement au niveau du CO2, mais également au niveau de la consommation d’eau et d’énergie. Un programme de durabilité a été mis sur pied et sera déployé d’ici 2014.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top