Le syndicat demande le renforcement des mesures anti-coronavirus dans les magasins

Le syndicat demande le renforcement des mesures anti-coronavirus dans les magasins
Photo: Shutterstock

(update) Maintenant qu'il y a un deuxième confinement (partiel), le syndicat ACV Puls demande à nouveau des mesures plus strictes dans le secteur du commerce de détail. Le personnel du magasin a peur et réclame une autre prime-coronavirus.

 

Shopping en solo et primes 

Le nouveau renforcement des mesures anti-coronavirus « ne tient pas compte du personnel des magasins », regrette le syndicat ACV Puls. Il est certain que dans le secteur de la distribution alimentaire, les employés des magasins sont « en première ligne depuis le premier jour », et la crainte d’être contaminé est profonde. Cette crainte s'accroît encore plus à l’approche de la période très agitée de fin d'année.


Le syndicat demande des mesures urgentes, notamment la réintroduction d'une limite de temps pour les achats, l'obligation de faire ses achats seul et une limitation du nombre de clients par magasin. L'argument est que, s'il y a une interdiction de rassemblement sur la voie publique, il doit en être de même dans les magasins. Le syndicat souhaite se réunir avec le gouvernement dès que possible pour en discuter.


Au printemps, les employés des supermarchés avaient également perçu des indemnités et des primes, et ACV Puls aimerait que ce soit à nouveau le cas. Dans les petits magasins non alimentaires, le syndicat demande une prime de fin d'année complète, malgré la fermeture obligatoire de deux mois entre mars et mai. Faire abstraction de cette période serait « une catastrophe financière pour le personnel qui travaille déjà dans un secteur mal rémunéré », a déclaré la responsable du secteur, Kristel Van Damme. 

 

Risque évident de faillites

Unizo s’oppose cependant fermement à cette proposition. « Renoncer une nouvelle fois à la liberté de faire ses achats accompagné, comme le propose le syndicat, ne garantira pas une plus grande sécurité mais compromettra les chances de survie et les emplois pour beaucoup de magasins », a déclaré Danny Van Assche, administrateur délégué.

 

L'organisation indépendante souligne que la réouverture des magasins et l'assouplissement des mesures pour le commerce de détail (reprise du fun shopping et bulle plus large) n'ont pas provoqué un nouveau pic de contaminations. « Il n'y a aucune raison d'imposer une obligation générale », selon Van Assche.


Van Assche craint en revanche qu'un nouveau resserrement signe l’arrêt de mort de nombreux magasins. « Si faire ses achats seul redevient la norme, ce que demande ACV Puls, beaucoup de commerces pourraient ne pas y survivre, ou devront mettre plus de salariés au chômage temporaire et pour plus longtemps, sans garantie que ces emplois pourront être sauvés », a-t-il indiqué. Toutefois, Unizo se dit ouvert à une concertation sur « la meilleure politique de prévention possible ».