Ikea envisage d’ouvrir un magasin au centre de Bruxelles

Ikea envisage d’ouvrir un magasin au centre de Bruxelles

La chaîne de meubles Ikea pourrait ouvrir un petit magasin au centre de Bruxelles, a déclaré Jesper Brodin, CEO d’Ingka Group. Mais l’entreprise teste d’abord les villes où une telle ouverture pourrait être la plus performante. 

 

“Bruxelles est sur la liste”

Dans un monde qui change, même une icône comme Ikea doit adapter son business model. L’entreprise teste pour l’instant de nouveaux concepts dans différentes villes, comme le leasing de meubles, l’assemblage au domicile du client, et aussi l’ouverture de plus petits magasins urbains, où vous ne retrouverez pas tout l’assortiment mais où vous pourrez le faire commander. Brodin, le CEO, ne veut pas fixer de chiffres concrets, mais la chance est grande que le concept fasse son apparition chez nous, a-t-il expliqué aujourd’hui dans Trends-Tendances : “Nous avons identifié les villes qui sont les plus importantes pour nous. Et Bruxelles se trouve sur la liste. Nous sommes pour l’instant dans une phase de test dans 5 villes. Et si ce test est un succès, nous espérons pouvoir démarrer à Bruxelles.”

 

Le modèle de magasin urbain n’est pas encore tout à fait au point, souligne Brodin : “Nous devons encore examiner un certain nombre de questions. Tout d’abord : quels sont les produits que les gens veulent emporter immédiatement et quels sont ceux qu’ils préféreraient voir livrer plus tard à domicile ? Dans le centre urbain, rares sont les clients qui feraient l’achat d’un banc pour ensuite le transporter eux-mêmes jusqu’à la maison... La deuxième question est celle de savoir comment nous pouvons approvisionner les magasins situés au centre-ville avec la circulation. L’emplacement lui-même est très important. Devons-nous nous installer dans les quartiers plus huppés ou bien un peu plus en périphérie, là où peuvent nous atteindre des personnes ayant moins de moyens et qui sont plutôt notre groupe cible ? Nous testons tout cela.”

 

En outre, Ikea teste également des touch points, de plus petites dimensions, où l’on ne peut rien acheter, mais obtenir des conseils et des informations. Les points d’enlèvement ‘click & collect’ n’ont pas rencontré un grand succès : les gens préfèrent que leur mobilier soit livré chez eux. Cette livraison ne sera d’ailleurs jamais gratuite : “Nous ne voulons pas gagner beaucoup d’argent avec les livraisons, mais nous nous voulons pas non plus en perdre.” Ikea a l’avantage à cet égard que ses magasins existants peuvent faire office d’entrepôts logistiques.