Les collections d'hiver sont en retard

Shutterstock.com

En raison de problèmes logistiques, la livraison des collections d'hiver est retardée. L'organisation professionnelle Mode Unie craint un nouveau coup dur pour le secteur, qui a déjà beaucoup souffert de la crise du coronavirus.

 

Asie

Normalement, la plupart des détaillants de mode reçoivent leurs collections d'hiver début septembre mais, en raison de difficultés logistiques en Asie, elles subissent déjà des retards allant jusqu'à quatre semaines. « L’approvisionnement logistique ralentit surtout en raison de la fermeture des ports en Chine et en Inde à cause du coronavirus », a déclaré Isolde Delanghe, de Mode Unie, à GVA. Les retards se font sentir dans tout le secteur.

 

La Turquie et l’Europe de l'Est et du Sud sont encore d’importants marchés de production de vêtements pour le marché belge. De là, les livraisons arrivent sans encombre. Néanmoins, la livraison retardée d’une grande partie de leur collection reste problématique pour les magasins, indique Delanghe. « Plus la saison est avancée, plus il est difficile de vendre. Fin octobre, nous serons déjà proches des soldes. Les consommateurs aiment faire des achats lorsque la nouvelle collection est là et au début de l'année scolaire. C’est pourquoi chaque retard est particulièrement ennuyeux. »

 

Ces problèmes arrivent en outre à un moment particulièrement défavorable pour le secteur, qui a déjà vécu trois mauvaises saisons consécutives à cause du coronavirus. « Depuis le début de l'épidémie, les ventes ont chuté de 30 % sur deux saisons d'été et une saison d'hiver », selon Delanghe. « Nos commerçants se retrouvent avec des stocks saisonniers ; et ils ne peuvent généralement pas remettre les invendus en magasin six mois plus tard. Tandis qu’avec un grille-pain, par exemple, c'est possible. »

 

« Le client ne remarquera rien »

Cette vision pessimiste n’est cependant pas généralisée. Si sa chaîne JBC est également confrontée à des retards, Bart Claes envisage l'automne avec confiance. « Le coronavirus a eu un impact considérable, mais nous l'avons surmonté. Pour l'instant, nous ne pouvons pas nous plaindre. Et tant qu’aucune nouvelle mesure n’est nécessaire, les clients ne doivent se rendre compte de rien. »

 

Pour Luc Van Mol, de ZEB, les problèmes ne semblent pas non plus insurmontables. « Nous avons des retards de trois à quatre semaines en moyenne, mais nous pouvons y faire face, nos magasins sont remplis. Il y a seulement moins de files d'attente dans nos entrepôts. En temps normal, les livraisons sont difficiles à suivre à cette période de l’année. Le consommateur ne remarquera rien. »

 

Tags: