Les kimonos dopent les ventes de New Look | RetailDetail

Les kimonos dopent les ventes de New Look

Les kimonos dopent les ventes de New Look

Au dernier trimestre, le chiffre d’affaires de New Look a gagné quelques 8,1% pour atteindre 392,5 millions de livres, soit environ 489,5 millions d’euros. Une progression que la chaîne doit essentiellement à ses kimonos qui font un véritable malheur : elle s’en vend 40.000 par semaine.

Le chiffre d’affaires comparable progresse de 8,9%

L’année comptable de New Look ne suit pas le calendrier civil puisqu’elle se clôture au 31 mars. Les chiffres communiqués correspondent donc au premier trimestre de l’année comptable 2015 qui s’arrête au 28 juin. Sur cette période, les revenus globaux de la chaîne ont progressé de 8,1%.


Si l’on considère uniquement le chiffre d’affaires des magasins ouverts depuis plus d’un an, la progression des ventes est de 8,9%. Les ventes en ligne ont, quant à elles, progressé de 39% par rapport à la même période l’an dernier. A titre de comparaison : l’an dernier à pareille époque, la progression du chiffre d’affaires global ne dépassait pas 2,2%.

 

Ces deniers mois, New Look a quelque peu élargi son offre. Le prix des tops se situait dans une fourchette de 14,99 à 22,99 livres (de 19 à 29 euros), alors qu’aujourd’hui cette fourchette est beaucoup plus large, de 12,90 à 60 livres (de 16 à 75 euros). La progression des ventes a d’ores déjà boosté le résultat opérationnel de New Look pour le premier trimestre : + 38%, à 44 millions de livres (55 millions d’euros). 


La Russie ‘en suspens’

La création de New Look remonte à 1969. Aujourd’hui, la chaîne compte 1.160 magasins de par le monde et touche 120 pays via les ventes par internet. L’actionnariat est aux mains de son fondateur, Tom Singh, et du fonds d’investissement Apax and Permira. Mais avant une entrée en bourse dont il a déjà été question par le passé, ils souhaitent consolider et étendre les positions de la chaîne.


Les prochains mois devraient voir l’ouverture de nouveaux magasins en Chine – une dizaine qui s’ajouteraient aux dix existants – en Pologne et en Allemagne. Les projets d’ouverture en Russie sont en suspens pour cause de tensions en Ukraine.


En France, la vente de la chaîne Mim, en nette perte de vitesse, est à l’étude. New Look a déjà reçu une offre indicative.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


H&M lance son propre service de réparation en magasin

21/06/2018

H&M introduit un nouveau concept : Take Care, un espace au sein du magasin où les clients peuvent faire réparer ou personnaliser leurs vêtements. Tant le nouveau magasin de Paris que le flagship store de Hambourg disposent déjà de ce service.

La nouvelle génération aux commandes de la chaîne de magasins de chaussures Maniet

18/06/2018

Allison Vanderplancke, âgée de 28 ans, succède à son père en tant que PDG de la chaîne de magasins de chaussures Maniet. Il s’agit déjà de la cinquième génération à la tête de l’entreprise familiale wallonne.

Afound, la première plate-forme de H&M, a été lancée en Suède

15/06/2018

Afound, la nouvelle formule multimarques du groupe H&M, a été lancée en Suède cette semaine. Avec la plate-forme web, les 2 premiers magasins qui ont ouvert leurs portes à Stockholm et à Malmö constituent un marché d’écoulement de vêtements soldés.

Le premier magasin Kiabi en Flandre s’installe à Bruges

14/06/2018

A peine deux ans après l’arrivée de Kiabi en Belgique, la marque française de prêt-à-porter ouvre son sixième magasin belge cet automne. Il sera situé à Bruges et sera le tout premier magasin en Flandre.

La maison-mère de Brantano bientôt cotée à la bourse de Bruxelles

13/06/2018

D’ici mi-juillet FNG Group espère être coté à la bourse de Bruxelles. Cette opération devrait permettre au groupe de mode de lever du capital frais afin de financer la transformation et l’expansion de l’enseigne Brantano.

JBC gagne du temps à la caisse grâce à la technologie RFID

07/06/2018

Grâce à la radio-identification (RFID), l’enseigne de mode JBC gagne une dizaine de secondes à la caisse par vêtement vendu. Les employés n’ont plus besoin de scanner les étiquettes de prix individuellement.