Les magasins de mode pratiquent plus la vente conjointe

Les magasins de mode pratiquent plus la vente conjointe

En 2 ans le nombre de magasins de mode pratiquant les ventes couplées durant la période d’attente a doublé. Ce mois-ci ils étaient 22% (contre 11% seulement il y a 2 ans) à adhérer à ce système parfaitement légal.

« Contraints par la concurrence des chaînes de mode »

Selon le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI), parmi les 387 commerçants interrogés, un commerçant sur cinq pratique la vente conjointe (du style 2 achetés, 1 gratuit) à l’approche des soldes d’été, et ce surtout à partir de la deuxième moitié du mois de juin. La tendance à la hausse se poursuit donc, car l’an dernier ils étaient 19% et l’année auparavant 11% seulement.


« Que les commerces de mode adhèrent à la pratique des ventes couplées est lié au fait que pratiquement toutes les grandes chaînes proposent des offres conjointes. De nombreux commerçants estiment qu’ils sont obligés de participer à cette tendance pour des raisons de compétitivité », indique Christine Mattheeuws, présidente du SNI.


Parfaitement légale, tout comme les soldes déguisées

La vente couplée est une pratique autorisée depuis 2010, étant donné que la loi sur les pratiques du marché et la protection des consommateurs permet les offres conjointes tant en dehors que durant la période d’attente. « Les avantages au niveau du prix lors d’offres conjointes sont liés à une quantité minimale et ne sont donc pas considérés comme une annonce de réduction de prix. Seules les ventes couplées qui s’apparentent à une concurrence déloyale, comme des actions promotionnelles trompeuses ou trop agressives, sont interdites » explique Christine Mattheeuws.

 

Les soldes déguisées, une pratique où le vendeur signale au client qu’il aura droit à une réduction sur certains vêtements, sont elles aussi autorisées durant la période d’attente, pour autant que le commerçant n’affiche pas la réduction. Selon le SNI, seuls 14% des commerces de mode pratiquent ce type de soldes et essentiellement pour leurs clients fidèles. Néanmoins 64% des commerçants de mode indépendants ne sont pas fans des ventes couplées, ni des soldes déguisées : ils préfèrent attendre les soldes pour accorder des réductions, conclut l’organisation des indépendants.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Weekday également à Bruxelles au printemps prochain

06/12/2017

Après deux boutiques à Anvers, Weekday, l’une des enseignes appartenant au groupe suédois H&M, fera son entrée à Bruxelles au printemps prochain avec l’ouverture d’un magasin dans la rue Capitaine Crespel, à deux pas de l’avenue de la Toison d’Or.

Gucci suspecté d’évasion fiscale

04/12/2017

Les bureaux de Gucci à Milan et Florence ont été perquisitionnés par le fisc italien qui soupçonne le groupe de luxe d’évasion fiscale. Gucci confirme qu’une enquête est en cours et dit accorder sa pleine coopération aux autorités compétentes.

L’ASBL Terre vise 5 Factory Shops dans la région bruxelloise

01/12/2017

Cette semaine l’ASBL Terre a ouvert un deuxième Factory Shop dans la région bruxelloise, à Anderlecht plus précisément. L’entrepôt propose des vêtements de seconde main à grande échelle, collectés via des containers répartis dans tout le pays.

Quiksilver lance une offre publique d’achat sur Billabong

01/12/2017

La marque de surf Quiksilver a lancé une offre publique d’achat de près de 150 millions de dollars (125 millions d’euros) sur son concurrent Billabong, sans doute la seule issue possible pour Billabong qui a été déficitaire ces dernières années.

Essentiel débarque en Allemagne

30/11/2017

La marque de mode belge Essentiel poursuit son expansion européenne. En décembre le label fera son entrée en Allemagne, avec l’ouverture d’un premier magasin à Cologne, auquel viendront s’ajouter d’autres magasins et un webshop allemand l’an prochain.

Benetton retourne à ses racines

30/11/2017

Luciano Benetton, fondateur de l’entreprise italienne éponyme, reprend les rênes à l’âge de 82 ans pour permettre à la compagnie de retrouver sa gloire d’antan. « Le déclin est une douleur intolérable », a-t-il déclaré au quotidien La Repubblica.

Back to top