Sauvetage en vue pour Tom Tailor

La maison de mode Tom Tailor est proche d’un accord de refinancement. Le groupe allemand est parvenu à conclure un arrangement avec le propriétaire Fosun et les banques. En outre l’entreprise de prêt-à-porter est à la recherche d’un repreneur pour Bonita, responsable des problèmes du groupe.


Refinancement en vue

Les longues négociations de refinancement de Tom Tailor entrent dans la dernière ligne droite, rapporte Finance Magazin. L’actionnaire majoritaire Fosun et les banques seraient sur le point de signer un accord. Pour la maison de mode allemande, qui depuis ce printemps est en graves difficultés financières, c’est la lumière au bout du tunnel.


Le propriétaire chinois Fosun, qui détient près de 80% des actions, et d’autres investisseurs se sont mis d’accord sur un nouveau plan de refinancement, dont l’échéance a été fixée à septembre 2022. Il s’agit probablement d’une injection supplémentaire de capital par Fosun et d’autres actionnaires, en plus d’un nouveau prêt commun.


Selon Tom Tailor, les contrats définitifs devraient être signés fin octobre. Pour surmonter cette période, le crédit-pont de 48,5 millions d’euros – qui a permis au groupe de survivre depuis mi-juin – sera prolongé. Grâce à ces fonds, Tom Tailor a pu cet été commander la nouvelle collection automne/hiver et ainsi éviter une faillite imminente, précise Finance Magazin.


Bonita, maillon faible

Mais tout cela ne solutionne pas la cause du problème : depuis le début de l’année Tom Tailor est en difficulté suite aux performances décevantes de sa filiale Bonita. L’enseigne devait être rachetée ce printemps par le groupe néerlandais Vidrea Retail, qui juste avant la reprise a demandé la faillite. Depuis le groupe est à la recherche d’un autre repreneur.


Fin de cette année Tom Tailor devrait publier des résultats financiers – chiffres annuels pour 2018 et chiffres semestriels pour 2019 – qui apporteront plus de clarté sur la situation de l’entreprise. On sait d’ores et déjà que le chiffre d’affaires du premier semestre de 2019 a reculé de 6% et que le résultat d’exploitation a plongé à 5,7 millions d’euros en-dessous de zéro, alors que l’an dernier le groupe avait enregistré un bénéfice de 26,8 millions d’euros.


Cette perte est en grande partie imputable à Bonita, dont l’EBITDA a chuté de 17 millions d’euros, mais également aux coûts élevés liés à la restructuration et la consultance. Durant le deuxième semestre des frais de consultance supplémentaires plongeront probablement Tom Tailor encore  plus profondément dans le rouge.