« Capri-Sun n’est pas une boisson pour enfants »

« Capri-Sun n’est pas une boisson pour enfants »

L’organisation de défense des consommateurs Foodwatch France a appelé Coca-Cola European Partners à ne plus faire de publicité destinée aux enfants pour la boisson Capri-Sun. Selon l’organisation cette boisson est mauvaise pour la santé des enfants.

Trop sucré

Bien que Capri-Sun  se trouve souvent au rayon des jus de fruits, cette boisson contient seulement 12% de jus de fruits, mais 19 grammes de sucre. « Capri-Sun est plus sucré qu’un Fanta », souligne Foodwatch France. « L’Organisation Mondiale de la Santé conseille de bannir les publicités destinées aux enfants pour des produits trop sucrés ou contenant trop de sucres ajoutés. C’est le cas pour Capri-Sun Multivitamine. »


En Europe, donc notamment en France, en Belgique et aux Pays-Bas, Coca-Cola European Partners assure le marketing des produits du fabricant de boissons. En réaction à cette attaque, Coca-Cola a indiqué que, conformément aux directives de l’Union européenne, le groupe ne menait pas de campagnes s’adressant à des enfants de moins de 12 ans.


Foodwatch conteste cette affirmation et estime que les personnages de dessins animés sur l’emballage, les événements sponsorisés et la communication visent clairement les petits enfants. L’organisation a donc lancé une pétition pour dénoncer les pratiques de Coca-Cola European Partners.


Nouvel emballage

En outre Coca-Cola se dit étonné des propos sévères de Foodwatch, vu la ‘discussion transparente’ qu’a eu le fabricant avec l’organisation au courant de l’année. Coca-Cola ajoute que la quantité de sucre est clairement mentionnée sur l’emballage et que les personnages de dessins animés seront supprimés d’ici peu. Après l’été Capri-Sun se présentera sous un nouvel emballage.


Récemment une étude de l’organisation des consommateurs BUEC a démontré que les personnages de dessins animés étaient généralement utilisés pour promouvoir des produits nuisibles à la santé. Pour arriver à cette conclusion, l’organisation a examiné 100 produits dans 13 pays : il s’est avéré qu’une seule fois seulement les personnages de dessins animés étaient utilisés pour promouvoir des fruits ou des légumes.