Ahold Delhaize peut chambouler le retail belge

Ahold Delhaize peut chambouler le retail belge

Ce matin Ahold et Delhaize ont officiellement annoncé leur mariage. Si les autorités de la concurrence et les actionnaires donnent leur feu vert, la fusion sera finalisée mi-2016. Cette fusion risque de chambouler le retail, surtout en Belgique.

Bénéfice de synergie d’un demi-milliard par an

La fusion ‘Ahold Delhaize’ – c’est ainsi que s’appellera la nouvelle société combinée – donne naissance à un géant du retail international, qui (sur base des chiffres de l’exercice 2014), génère un chiffre d’affaires net de 54,1 milliards d’euros, un bénéfice brut (EBITDA) de 3,5 milliards d’euros, un bénéfice net issu des activités poursuivies de 1 milliard d’euros et un cash-flow libre de 1,8 milliard d’euros.  Ahold Delhaize prévoit des bénéfices de synergie considérables résultant de la fusion, qui chaque année pourraient atteindre 500 millions d’euros. Le groupe pense réaliser ces bénéfices à partir de 2019.


Dans un premier temps la synergie consiste à regrouper le pouvoir d’achat : « Cette fusion permettra d’augmenter l’envergure de l’entreprise dans les différentes régions et de proposer une offre de premier plan, afin de répondre aux besoins changeants des clients », apprend-on dans le communiqué de presse de ce matin. « En outre l’entité fusionnée aura un profil financier solide, capable d’investir dans l’innovation et la croissance future. »

 

Un directoire avec de nombreux poids lourds

Les deux parties soulignent qu’il s’agit d’une fusion entre égaux. Mis à part la proportion des actions détenues par les deux partenaires (61% pour Ahold et 39% pour Delhaize), qui reflète leur différence au niveau de la valeur boursière, tout semble en effet bien équilibré. Avec pour conséquence un directoire comptant de nombreux poids lourds : le CEO Dick Boer sera assisté par le CEO adjoint Frans Muller, qui en tant que Chief Integration Officer aura pour mission d’intégrer les deux entités.


Outre Boer et Muller, le nouveau management d’Ahold Delhaize comprend également un Chief Financial Officer et trois Chief Operating Officers (un pour l’Europe et deux pour les Etats-Unis). Jeff Carr, l’actuel CFO d’Ahold, occupera la même fonction au sein de la société combinée. Pierre Bouchut, l’actuel CFO de Delhaize, revêtira la fonction de COO Europe. Les actuels COO d’Ahold et Delhaize aux Etats-Unis  (respectivement James McCann et Kevin Holt) conserveront leur fonction, car aux USA les opérations américaines de Delhaize et Ahold sont complémentaires et ne se chevauchent quasiment pas.

 

USA : échange de connaissances et regroupement des achats

Les avantages sur le marché américain, ô combien important puisqu’il représente 60% de la nouvelle entreprise, résident essentiellement dans le regroupement du pouvoir d’achat, la collaboration au niveau logistique (où l’expertise de Delhaize profitera à  Ahold) et l’échange de connaissances pour le déploiement de l’opération online (où Delhaize bénéficiera du know-how d’Ahold).

En tant que nouveau venu sur le marché belge, Albert Heijn après la fusion jouera un rôle beaucoup plus important en collaboration avec Delhaize. L’impact de la fusion se ressentira bien plus sur le marché belge que sur le marché néerlandais, qui pour AH est quasiment saturé. Les effets de la fusion aux Pays-Bas seront perceptibles surtout au niveau de la composition de l’assortiment – en particulier pour les marques maison – et au niveau des avantages de prix découlant des achats groupés.


Un séisme en Belgique

En Belgique par contre la fusion Ahold Delhaize pourrait provoquer un réel séisme dans le retail : non seulement par les énormes avantages résultant des achats groupés, mais également par l’impact de la fusion sur bol.com. Car en Belgique aussi l’e-commerçant a d’ambitieux projets de croissance, comme en témoigne le lancement récent de son service ‘same day delivery’, permettant aux clients belges de bol.com de retirer le jour même toute commande passée  avant midi dans sept magasins Albert Heijn de la région anversoise.


Une fois la fusion finalisée, bol.com disposera d’un réseau de 800 points de retrait dans toute la Belgique, puisque l’enlèvement de colis pourra se faire soit chez Albert Heijn, soit chez Delhaize. La preuve que cette fusion aura non seulement une influence sur l’omni-channel dans la distribution de produits alimentaires en Belgique, mais également sur les ventes online de produits non-food via bol.com.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carlsberg augmente son CA, malgré la baisse des volumes

16/08/2017

Durant la première moitié de l’année le CA du brasseur danois Carlsberg a progressé de 2% à 31,8 milliards de couronnes (4,3 milliards d’euros). Cette croissance s’explique par l’augmentation des ventes de bières plus chères, comme la Grimbergen.

Les pertes continuent de s’accumuler chez HelloFresh

14/08/2017

Malgré une hausse spectaculaire du chiffre d’affaires durant les six premiers mois de l’année,  les pertes du livreur de box repas HelloFresh continuent d’augmenter.

La glace italienne, leader du marché en Europe

11/08/2017

Qui dit cuisine italienne pense inévitablement aux pâtes et aux pizzas, mais les Italiens jouissent également d’une solide réputation pour leurs glaces. Au niveau de la producton ils sont leader du marché européen. 

Le personnel du magasin Albert Heijn à Anvers malade d’inquiétude

11/08/2017

La moitié du personnel du supermarché Albert Heijn à la Groenplaats à Anvers est malade ou absent en raison de l’inquiétude qui règne concernant l’avenir du magasin. Celui-ci doit être cédé suite à la fusion, mais il ne trouve pas acquéreur.

Oprah Winfrey s’associe à Kraft Heinz

10/08/2017

La star américaine de la télé Oprah Winfrey, en collaboration avec Kraft Heinz, a développé une gamme de « potages et plats sains et nourrissants ». Ces produits doivent permettre au groupe de stimuler la croissance du chiffre d’affaires.

« Un seul magasin anversois bloque la fusion Albert Heijn-Delhaize en Belgique »

10/08/2017

La fusion d’Albert Heijn et Delhaize en Belgique n’est toujours pas accomplie. En cause : un seul magasin anversois, que le groupe ne parvient pas à vendre, écrit le journal De Standaard. Et ce un an après la finalisation de la fusion au niveau du groupe.

Back to top