Aldi va tester un webshop en Grande-Bretagne | RetailDetail

Aldi va tester un webshop en Grande-Bretagne

Aldi va tester un webshop en Grande-Bretagne

Aldi semble finalement se lancer dans l’e-commerce : le discounter allemand ouvrira un webshop, non par hasard, au Royaume-Uni, qui servira de terrain d’essai.

Le Royaume-Uni « terrain d’essai idéal »

« Le marché britannique est le terrain idéal pour effectuer un test à grande échelle : le consommateur britannique est un fan inconditionnel du shopping online. La vente internet de produits alimentaires y a atteint un niveau que le commerce allemand est loin d’égaler », lit-on dans  le magazine allemand Lebensmittel Zeitung.


Toujours selon le magazine, Aldi avait déjà des projets dans le domaine du e-commerce depuis plus de dix ans. Toutefois le management aurait rencontré une forte opposition, surtout sur son marché domestique, de la part des gérants de filiales craignant que leur chiffre d’affaires ne soit affecté si le groupe ouvrait un webshop.


Outre la Grande-Bretagne, Aldi envisagerait également l’ouverture de webshops pour l’Espagne et le Portugal. Précisons qu’il est question ici d’Aldi Süd. On ignore toutefois si le groupe Aldi Nord, plus conservatif et sous lequel opèrent la Belgique et les Pays-Bas, a des projets similaires.


Révolution Click & Collect

Selon Planet Retail, l’e-commerce au Royaume-Uni représenterait déjà 11% du chiffre d’affaires global du retail dans le pays. « En se lançant online, le discounter disposerait d’un nouveau canal de croissance, en plus de sa stratégie d’expansion déjà très agressive de son réseau de magasins physiques », explique le directeur de recherche Rob Gregory.


Toutefois Aldi aura à faire face aux valeurs établies, déjà actives depuis longtemps dans le domaine du e-commerce et tirant déjà pleinement profit de leurs points de retrait ‘click & collect’. Les numéros un et deux, Tesco et Asda, se sont lancés online respectivement en 2010 et 2011 : chez Tesco plus de 300 magasins sur les 2.650 au total sont déjà dotés d’un point de retrait ; chez Asda il est question de 592 magasins avec point d’enlèvement.


En début de mois l’enseigne Sainsbury’s annonçait, elle aussi, le déploiement de points de retrait pour produits alimentaires. Le numéro trois du marché du food britannique espère disposer d’une vingtaine de points d’enlèvement d’ici la fin de ce mois et d’une centaine d’ici la fin de cette année.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


HelloFresh augmente ses investissements au détriment du bénéfice

14/08/2018

Malgré la promesse d'un bénéfice pour la fin de l'année, le livreur de box repas HelloFresh opte finalement pour de nouveaux investissements. Après un solide 2ème trimestre, l'entreprise mise sur la croissance aux Etats-Unis.

Le shopping sans caisse également disponible chez OKay

13/08/2018

Après les magasins Spar de Colruyt Group, l'enseigne OKay (Compact) adopte à son tour le shopping sans caisse. Avec l'app ‘Scan. Pay. Go.’ les clients n'ont plus besoin de faire la file à la caisse.

AB InBev veut enivrer l'Afrique

09/08/2018

Pour AB InBev l'Afrique est le marché de l'avenir. Le brasseur nourrit de hautes ambitions sur le continent : la prospérité et la population, qui de plus en plus appricie la bière, y augmentent rapidement.

Lidl met des voitures à disposition des shoppers

08/08/2018

"Votre propre voiture pour faire vos courses", voilà comment Lidl présente son nouveau service d'autopartage sur les parkings de ses supermarchés. Pour ce projet le discounter collabore avec Mazda Carsharing.

Ahold Delhaize : CA en baisse, bénéfice en hausse

08/08/2018

Alors qu'aux USA le CA d'Ahold Delhaize est sous pression, Delhaize Belgique confirme la tendance positive déjà perceptible au 1er trimestre, grâce aux 'légumes magiques'. Sur le plan online le groupe est sur la bonne voie.

Chez Walmart des robots préparent les commandes

07/08/2018

Le géant américain de la grande distribution Walmart teste des robots capables de préparer les commandes en ligne : ils collectent les produits secs, réfrigérés et surgelés dans l'entrepôt, tandis que le personnel se charge de choisir les produits frais.